Comment siphonner le trafic de votre concurrent blogueur ?

oil-106913_640

Vous venez de créer votre blog et le trafic est timide. Après un mois d’activité, le trafic stagne et la courbe des visiteurs est irrégulière… Vous publiez du contenu tous les jours et rien ne suit…

Il existe une méthode simple pour siphonner le trafic de votre concurrent : écrire du contenu proche des contenus populaires de votre concurrent.

La méthode est éprouvée et Tim Soulo du blog BloggerJet la présente ainsi :

  1. Chercher les articles les plus populaires dans votre niche, du moins dans le thème central abordé par votre blog,
  2. Les lire pour voir si les auteurs de ces articles n’ont pas oublié quelque chose,
  3. Relever les points de désaccord avec les auteurs,
  4. Voir si vous pouvez prendre un autre angle pour aborder ces articles,
  5. Lire les commentaires de ces articles, pour voir si les lecteurs peuvent communiquer indirectement leurs attentes.

Mais avant d’y arriver, il faut repérer les articles populaires. Nous avons déjà eu à aborder ce point ici.

Si vous n’avez pas encore repéré vos concurrents, vous pouvez toujours faire une recherche à Google Blog Search :

 

image

La page d’accueil de Google Blog Search. Ici, je fais une recherche avec le thème central de mon bloggagner de l’argent avec un blog”.

Vous pouvez retenir autant de blogs que vous voulez mais pour notre exemple, nous allons retenir le premier blog de la page de recherche.

image

Les résultats après la recherche. Retenons le premier pour notre exemple “Webentrepreneur Débutant”.

Voilà la page d’accueil de notre principal concurrent pour le thème de gagner l’argent avec un blog :

image

Le site Webentrepreneur Débutant

On peut parcourir le site pour voir comment il est organisé, quels types de contenus et quels sujets sont abordés. Mais tout ce travail serait peine perdue si on n’a pas idée du volume du trafic que reçoit le blog. N’oubliez pas que votre objectif est de siphonner un tout petit peu un trafic. Forcément, si ce blogueur n’en a pas…

Pour avoir une idée nette sur le volume du trafic, vous allez visiter le site de mesure d’audience SimilarWeb que nous avons déjà abordé ici :

image

Une fois le site web rentré, vous pouvez avoir une idée du volume du trafic :

image

On constate qu’on tourne autour des 160 000 visites mensuelles… C’est un bon bassin pour se lancer… Maintenant, il faudra ressortir les articles populaires.

Il faut noter que SimilarWeb a une fonctionnalité supplémentaire fort intéressante : en plus de l’analyse du site, il présente les sites similaires au site analysé. Ce qui veut dire que vous pouvez avoir une liste des autres concurrents.

image

Pour obtenir les articles populaires, vous allez sur l’outil du blog de Tim Soulo, “Strip The Blog” Tool :

image

Cela se fait en deux étapes :

  1. Vous rentrez l’adresse du site web,
  2. Vous spécifiez la période couverte par rapport à la popularité de l’article : le plus populaire en une semaine, 2 semaines, un mois, 2 mois, …etc.

image

Nous avons opté pour un mois :

image

En cliquant sur ces articles, vous êtes redirigé vers l’article en question et vous pouvez donc utiliser la méthode éprouvée de Tim Soulo relevée à l’introduction de ce billet pour produire un contenu concurrent : voire les failles de l’article ou l’approche par un autre angle.

Parfois, vous n’aurez pas besoin de passer par cet outil puisque plusieurs blogs présentent à la page d’accueil les articles les plus populaires ou les plus partagés.

image

Ici, le blog d’Olivier Roland

Voilà! Vous avez de quoi surfer pour essayer de relever la courbe du trafic de votre blog.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Publicités

“Comprendre le Growth Hacking” : motivation (0)

judge-300554_640

Lorsque j’ai commencé à écrire le livre “Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent”, je disposais d’un ensemble d’informations sur les petits trucs et astuces que les blogueurs professionnels utilisaient pour gagner de l’argent sur Internet mais je n’étais pas satisfait bien que ces informations soient de premier ordre : il fallait les organiser de façon cohérente afin que le lecteur puisse assimiler et digérer facilement l’information.

L’organisation des contenus peut faire la différence entre un “bon” livre et un “mauvais” livre. J’aurai pu présenter ces idées par une liste, par questions-réponses, par problèmes-solutions,…etc. Il existe plusieurs méthodes d’organisation des contenus que j’ai déjà abordé ici. En réalité, c’était moins une méthode d’organisation des contenus que je recherchais, c’était plutôt une mise en relation de ces idées de bout en bout qui m’intéressais, c’est pour cela qu’il me fallait un cadre ou un modèle. Comme le dit Sean Johnson :

The best consultants codify their experience into frameworks, designed to abstract experience into principles that can be broadly applied to a variety of situations. By operating within frameworks, they’re able to quickly navigate complex problems and arrive at novel solutions. (…).Framework thinkers are able to bring clarity to situations. Good frameworks focus everyone’s thinking, allowing the team to drown out the noise and hone in on the questions that really matter.

(Tr.) Les meilleurs consultants codifient leur expérience dans des cadres, conçus pour résumer des expériences en principes qui peuvent être largement appliquées à une variété de situations. En opérant dans ces cadres, ils sont capables de traiter rapidement des problèmes complexes et d’arriver à des solutions novatrices. (…). Ceux qui utilisent ces cadres sont en mesure d’apporter plus de clarté devant des situations. Les bons cadres permettent à tout le monde de se concentrer dans la réflexion, et  à une équipe d’éviter le bavardage et la dispersion pour adresser les questions qui importent réellement.

C’est ce qui m’a amené vers le modèle développé par David McClure pour les startups, le Startup Metrics for Pirates… J’ai été ébloui par la simplicité de ce modèle avec son découpage en cinq étapes : Acquisition, Activation, Rétention, Référence, Revenu (AARRR). Toutes les idées rassemblées lors de mes recherches se ventilaient facilement entre ces cinq étapes. Cette simplification dans la présentation des idées vise à permettre au lecteur d’agir rapidement et efficacement : il nous faut toujours un modèle mental pour agir. J’aime à ce propos relever une phrase de Michel Volle qui m’a marqué :

L’automobiliste qui conduit dans la rue use d’une grille conceptuelle qui fait abstraction des détails de l’architecture et de la physionomie des passants, et ne retient que ce qui est nécessaire pour la conduite : obstacles, signaux, vitesses. Personne ne lui reprochera d’utiliser une grille qui appauvrit sa perception, car cet appauvrissement même est une condition de son efficacité de conducteur : pour qu’il voie le signal du feu rouge, il faut qu’il ne voie pas l’enseigne lumineuse placée à côté. Seulement, s’il use encore de la même grille conceptuelle lorsqu’il est descendu de voiture et marche dans la rue, il commet une erreur ; son observation n’est plus pertinente en regard de son action.

Une fois doté de ce modèle, la rédaction du livre est allée plus vite.

C’est ce modèle qui m’a amené à m’intéresser aux startups et surtout, en poussant les recherches, à me retrouver devant le “Growth Hacker Funnel”, qui est l’approche retenue par les startups pour leur croissance. J’ai été surpris de constater que c’était la même approche retenue par mon livre.

image

Le “Growth Hacker Funnel” par Neil Patel de QuickSprout

Donc, en réalité, la stratégie utilisée aujourd’hui par les blogueurs n’est qu’une forme dérivée, et surtout, assez proche de la stratégie de croissance des startups.

Ce qui est intéressant, c’est le transfert de cette stratégie d’un domaine à un autre : utilisé par les startups, les blogueurs l’ont adopté et obtiennent de bons résultats.

C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à faire des recherches sur le “Growth Hacking” et ce sont ces recherches que je vais vous présenter au fil des publications numérotées. Je ne vais pas “bombarder” devant vos yeux la définition du “Growth Hacking” d’un coup : j’ai opté pour une approche progressive qui vous permettra de saisir son importance à l’heure actuelle.

Ainsi, le prochain article vous présentera le “Business Model Canvas”. Je suis convaincu que le buzz qu’a suscité le “Growth Hacking” est justifié même comme certains l’ont assimilé à un épiphénomène confiné à un petit groupe d’experts et leurs affidés dans les réseaux sociaux… Pour ma part, je pense qu’au regard des recherches que j’ai mené, on peut accorder non seulement du crédit, mais de l’avenir au “Growth Hacking”. C’est la raison pour laquelle je présenterai, au fil des prochains billets publiés sous la catégorie “Growth Hacking”, les arguments qui viennent soutenir cette position.

C’est surprenant que cela soit bien timide dans la blogosphère francophone. Cette série est là pour apporter une contribution à la connaissance de ce nouveau champ qui a déjà créé et crée des emplois non seulement aux Etats-Unis, mais partout dans le monde.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Les quatre piliers de l’écriture d’un livre

citadel-hill-2973_640

J’ai publié en Juin 2014 mon premier livre, “Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent”. L’écriture de ce livre a été un véritable chemin de croix.

L’idée d’écrire ce livre a germé en Novembre 2013 et fixée sur papier tout simplement parce qu’au regard des différentes arnaques déguisées le plus souvent en “formations”, certains blogueurs francophones plumaient des apprentis blogueurs alors qu’ils ne faisaient que traduire des astuces qu’on retrouvaient gratuitement en faisant un tour du côté de la blogosphère américaine. Le livre avait un objectif bien précis.

Du moins, je dois rappeler que je ne suis pas contre la monétisation d’un blog à travers la formation et la vente des livres : c’est juste que je juge les prix pratiqués par certains blogueurs formateurs beaucoup trop exorbitants au regard de la valeur de leurs produits. On ne peut pas faire des traductions et des adaptations pour les commercialiser non pas à des prix d’or mais à des prix de diamants…

Ainsi, entre l’idée du livre et le livre, il s’est écoulé près de huit (8) mois. C’est dire que les bonnes intentions ne suffisent jamais pour écrire un livre : il n y a rien de facile à cet exercice. S’asseoir pendant de longues heures devant une page, faire des recherches, des lectures, des notes… Rassembler et organiser toutes les idées issues de ces recherches, écrire, réécrire,… Tout cela est épuisant et vous avez parfois l’impression de tourner en rond. Parfois vous abandonnez votre manuscrit pendant quelques jours, voire des semaines afin d’y revenir la tête fraiche pour saisir votre travail d’écriture sous un autre angle.

Il est clair que dans votre travail d’écriture, vous faites de multiples tâches de façon intuitive : vous organisez vos idées, vous écrivez, corrigez les fautes d’orthographe, de grammaire, de conjugaison, vous définissez la police de votre texte, sa taille, l’interligne et l’espacement des paragraphes…etc. Toutes ces tâches sont faites au gré de vos humeurs et des circonstances. Un matin, vous pouvez être fatigué et ne pas avoir l’envie d’écrire, alors vous allez vous contenter de travailler la mise en page du texte, ou revoir le style employé, …etc. En clair, j’écrivais parce qu’il fallait écrire, il fallait sortir ce que j’avais dans le ventre.

Vous savez, le problème quand on aborde certains sujets comme un art, on se refuse à la méthode. On met tout sur la chapelle du talent. Alors, on sollicite “l’inspiration”. Face à une page blanche, on se concentre et on ferme les yeux, on les ouvre et muni de nos notes de recherche et de notre expérience, on se met à pondre des mots sur la page. On nous apprend plus à écrire des mots qu’à écrire. L’essentiel de la formation littéraire est partagée entre la lecture des grands classiques ou “grands auteurs” et l’internalisation des règles de grammaire, d’orthographe et conjugaison. Même les “dissertations” et “rédactions” sont tellement formatées que lorsque nous sortons de ce cadre, on se retrouve démuni.

Le tableau ainsi peint n’est pas aussi sombre qu’on le croit puisque tout le monde pratique l’écriture : on écrit des lettres, des mails, des rapports, des textos et SMS,…etc. C’est plutôt la discipline et l’organisation qui manquent à plusieurs personnes pour arriver à produire un livre. Et surtout quand l’écriture est considérée comme une activité “créative” qui n’obéit à aucune règle formelle, personne ne veut se lancer dans une activité dont on ne sait jamais quand elle sera terminée. Est-ce que les multiples tâches liées à l’activité d’écriture ne peuvent pas être regroupées et présentées de façon cohérente afin que l’écriture soit beaucoup plus intelligible pour plusieurs d’entre nous? Qu’enfin on puisse sortir de l’image de boite noire associée à l’écriture qui pousse certains à l’assimiler à un art, au génie, au talent ou à toute sorte d’incantation évoquée pour se soustraire à la difficulté…?

Fort heureusement, Brandon Royal dans son livre “The Little Red Writing Book: 20 Powerful Principles of Structure, Style, & Readability” publié par Writer’s Digest Books en 2004, affirme que l’écriture repose sur quatre (04) piliers que nous allons présenter.

Tout d’abord, son livre part de l’observation suivant laquelle les étudiants et les professionnels qui s’adonnent à une écriture permanente le font grâce à la maitrise d’un nombre limité de principes importants d’écriture qu’ils utilisent et réutilisent au fil du temps. Brandon Royal a ainsi identifié une vingtaine de principes “immuables” de l’écriture et trente (30) règles de grammaire qu’il a regroupé en quatre piliers :

  • la structure,
  • le style,
  • la lisibilité,
  • la grammaire.

La structure vise l’organisation : il s’agit de décider dans quel ordre nous allons présenter les idées.

Le style décrit comment on écrit, en incluant comment on utilise des exemples spécifiques pour soutenir ce qu’on écrit.

La lisibilité a trait à la présentation, ou comment on fait un document visuellement plaisant et facile à lire.

La grammaire est l’expression du langage dans une forme correcte et acceptable.

On a ainsi 5 principes pour la structure, 10 pour le style, 5 pour la lisibilité et 30 règles de grammaire. Et nous allons les aborder brièvement dans nos prochaines publications. Pour ceux qui veulent aller en profondeur et que la langue anglaise ne les gène point, ils peuvent toujours se procurer l’ouvrage.

Ces 04 piliers représentent une boussole qui peut nous guider dans notre travail d’écriture. En ayant en tête ces 04 points, cela peut démultiplier notre temps d’exécution.

Cette schématisation de l’écriture peut paraitre simpliste mais comme le dit Michel Volle à propos des modèles….

La question que l’on doit se poser devant un modèle n’est pas « est-il réaliste » puisqu’il ne peut jamais l’être entièrement, mais « est-ce la bonne simplification », la simplification pertinente, celle qui permet de raisonner juste et donc d’agir efficacement. Ceux qui refusent la simplicité du modèle se détournent de l’un des apports les plus précieux de la pensée : la sélection que celle-ci opère dans la multiplicité indéfinie des phénomènes pour n’en retenir que la vue pertinente, celle qui permet l’action efficace.

Oui! Est ce que cette simplification permet l’action efficace? Est-ce qu’elle peut permettre à quelqu’un qui n’a jamais écrit un livre de se lancer enfin? Je le pense. On peut apporter plusieurs critiques et elles peuvent être justifiées puisque :

 La formation, l’expérience équipent chacun de nous de « modèles », schémas préfabriqués qui rendent le raisonnement rapide et le structurent, mais qui parfois aussi l’emprisonnent.

Comme le dit Michel Volle, on peut être emprisonné par un modèle : c’est pour cela qu’il faut savoir en saisir les limites :

L’automobiliste qui conduit dans la rue use d’une grille conceptuelle qui fait abstraction des détails de l’architecture et de la physionomie des passants, et ne retient que ce qui est nécessaire pour la conduite : obstacles, signaux, vitesses. Personne ne lui reprochera d’utiliser une grille qui appauvrit sa perception, car cet appauvrissement même est une condition de son efficacité de conducteur : pour qu’il voie le signal du feu rouge, il faut qu’il ne voie pas l’enseigne lumineuse placée à côté. Seulement, s’il use encore de la même grille conceptuelle lorsqu’il est descendu de voiture et marche dans la rue, il commet une erreur ; son observation n’est plus pertinente en regard de son action.

Pour écrire un livre, ce modèle est forcément pertinent et efficace. Quand il va falloir écrire la description du livre, la page de vente et aborder la promotion du livre, il va vous falloir d’autres modèles. N’oubliez pas qu’un modèle n’est pertinent qu’au regard de l’action à poser.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Saisir les tendances du jour de Twitter grâce à Topsy

twitter-245459_640 

72% de tous les utilisateurs d’internet sont actifs dans les réseaux sociaux… Les réseaux sociaux occupent une place importante dans les usages actuels d’Internet. C’est d’ailleurs le constat de cette tendance qui a amené Google a créé Google+.

Facebook domine avec plus d’un milliards d’utilisateurs actifs, suivi de Youtube, Google+, Linkedin et Twitter. Pinterest et Instagram bien que dotés de moins d’utilisateurs ont des taux de croissance exponentiels.

 mars2014

© Infographie réalisée par Tiz, agence web digitale à Strasbourg

Quand on voit le taux de croissance des utilisateurs de ces réseaux sociaux chaque année, on se dit bien que la tendance est irréversible. Facebook à l’exemple…

facebook users

 

facebook users mobile

  Les deux graphiques présentent pour le premier l’évolution du nombre d’utilisateurs actifs et pour le second la même évolution suivant l’accès par mobile

71% de ces utilisateurs accèdent ces réseaux sociaux par le mobile… On peut s’aventurer à lier réseaux sociaux et mobile et à se demander si les deux ne se soutiennent pas “mutuellement”. Il est clair que le taux de pénétration du mobile et des tablettes qui double chaque année y est pour quelque chose.Mobile-device-share-Ecommerce-stats Le taux de trafic par appareil

Si vous voulez avoir du trafic pour votre blog, il faut investir du temps dans les réseaux sociaux. Nous en avons déjà parlé ici. De même que la nécessité d’optimiser son blog pour le mobile, abordé ici.

Pour ce billet, nous allons aborder un thème important pour votre stratégie dans les réseaux sociaux : la veille sur les contenus chauds du moment. Dans votre stratégie de production des contenus pour votre blog, l’observation des tendances des réseaux sociaux peut vous donner des idées. Nous allons aborder ce cas pratique avec Twitter puisqu’il existe un outil pour cette tâche, qui est Topsy.

image

Pour observer les tendances, il suffit juste de cliquer à “Social Trends” juste à la barre de navigation au dessus de la page d’accueil.

image En cliquant, on a la fenêtre suivante :

image

Vous pouvez filtrer les résultats par langue, par type de “tweets” et par rang comme vous pouvez le voir dans les trois encadrés rouges de la copie d’écran. On constate que le sujet chaud en ce moment est le Tour de France…

Topsy est aussi un moteur de recherche qui indexe les tweets. Il permet aussi, pour un mot-clé, d’avoir les liens, les tweets, les photos, les vidéos et les “influenceurs” du moment.

image

Illustrons cela avec un exemple… Prenons le mot-clé “entreprenariat” et cherchons les influenceurs.

image

 image

On peut observer les résultats si on filtre les résultats par liens…

image

Ou par Tweet…

 image

On peut ainsi observer d’autres sujets et définir sur quel thème on devra surfer pour créer du buzz dans son blog et attirer du trafic.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Vous voulez vous former gratuitement en ligne ? MySlideRule et Accredible sont là pour vous.

classroom-379214_640

J’ai affirmé dans l’article précédent qu’un blogueur professionnel doit savoir prendre des risques comme un entrepreneur… tout en nuançant par “prendre des risques ne veut pas dire foncer la tête baissée sans réfléchir”. Pour mieux éclairer ces décisions et surtout prendre les risques en conséquence de cause, il faut se former et s’informer continuellement. C’est important pour prendre toute action comme l’illustre si bien Michel Volle :

Depuis toujours, certes, les êtres humains s’assurent qu’ils disposent de l’information nécessaire avant d’entreprendre une action. Une chasse au mammouth se programmait : il fallait savoir où était le mammouth, connaître ses réactions, disposer d’un nombre suffisant de chasseurs convenablement armés, et un chef organisait le rôle de chacun dans l’approche et l’attaque.

En tant que blogueur professionnel, pour ne pas être pris de cours par de nouvelles approches ou des changements dans votre thème de blogging, pour ne pas être surpris par le manque d’inspiration ou sombrer dans la routine, il faut vous former.

Fort heureusement, à l’heure actuelle, il existe des cours en ligne qu’on peut suivre gratuitement pour la plupart. Ce sont les fameux MOOCs (Massive Open Online Course). En vous inscrivant à ces cours, vous pouvez chaque semaine voir les vidéos, faire vos exercices et les soumettre, consulter les documents additionnels liés au cours. Il faut éviter de tomber dans les débats stériles qui comparent ces MOOCs aux salles de classe et autres. Même le téléphone portable a été comparé au fixe; Pourtant les deux coexistent dans le monde et chacun a sa place. Profitez plutôt pour vous enrichir vos connaissances surtout que des milliers de cours sont encore gratuits.

Pour ma part, j’ai apprécié l’initiative d’EDX, qui donne des cours en ligne gratuits (les MOOCs) que vous pouvez suivre chez vous avec un ordinateur et une connexion internet, des cours complets et de qualité provenant MITx, HarvardX, BerkeleyX, UTx et de plusieurs autres grandes universités à travers le monde. Je suis même abonné à plusieurs cours. Il y a des cours que je suis assidûment chaque semaine car l’intérêt est évident pour l’enrichissement de mes connaissances.  De même qu’il y a des cours que je suis en dents de scie juste par curiosité. On ne sait jamais…

image

Mais à côté d’EDX, il y a aussi pléthore de plateformes qui offrent des cours en ligne gratuits : Coursera, Udemy, Udacity, Iversity, …etc. Près d’une quarantaine de sites offrent des cours en ligne.

Vous pouvez être intéressé par un cours à EDX et aussi par un autre à UDEMY.

De même, vous pouvez être séduit pour un cours sur un thème identique ou proche, par l’approche ou la pédagogie de COURSERA mais vouloir aussi observer l’approche d’UDEMY.

Comment retrouver des cours assez proches? Comment vous perfectionner sur un thème sans limite d’une plateforme?

C’est simple : il faut un outil de catégorisation, de classement et de recherche. C’est pour cela qu’il existe http://www.mysliderule.com/. Il comble ce besoin en vous présentant tous les MOOCS, gratuits ou payants, par sujet. Ce qui vous permet de vous spécialiser. Avec plus de 17 000 MOOCs référencés… Vous n’aurez pas de quoi vous plaindre.

image

Accredible n’est pas loin de là et propose sensiblement la même chose, à la seule différence que vous pouvez collecter les certificats délivrés à l’issue des cours suivis pour l’intégrer dans votre CV!

image

Les liens sont :

Si vous voulez plutôt des MOOCs exclusivement en français, vous pouvez à France Université Numérique… Le lien :

image

Un blogueur professionnel doit plutôt investir son temps pour lister les cours qui peuvent intéresser les différents thèmes qu’il aborde dans son blog et suivre assidûment ces cours, au lieu de perdre du temps dans les formations dispensées à prix d’or par certains blogueurs sur leurs “succès” passés et surtout dépassés. Ces cours vous mettront en position d’avant-gardistes. Vous pourrez mieux saisir l’inflexion des tendances à l’œuvre et capitaliser là dessus pour propulser votre blog vers l’avant.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Un blogueur professionnel doit savoir prendre des risques comme un entrepreneur

dices-160005_640

Je viens de lire un article publié sur le site internet de Forbes intitulé “The Struggles That Prevent Entrepreneurs From Taking Risks” où l’auteur, John Hall, rappelle qu’un entrepreneur doit savoir prendre des risques pour atteindre son plein potentiel. Il ne faut jamais oublier qu’un blogueur professionnel est aussi un entrepreneur et doit être dans la même prédisposition d’esprit. Mais prendre des risques ne veut pas dire foncer la tête baissée sans réfléchir. D’ailleurs, l’auteur de cet article parle de prendre des “calculated risks”, qu’on peut traduire par risques calculés, ou risques mesurés sans toutefois définir ce qu’il entend par ce terme. Dans tous les cas, le calcul fait implicitement appel à votre vigilance dans la prise des risques, en considérant les conséquences probables. C’est pour cela qu’il insiste par la suite en affirmant que prendre des risques peut propulser votre entreprise vers l’avant mais que vous avez besoin de ressources pour prendre de décisions éclairées qui seront payantes pour la suite.

Dans tous les cas, l’objectif de l’article est de nous présenter les obstacles qui nous empêchent de prendre des risques, puisque la prise de risques est un catalyseur de croissance. Ainsi, pour ces obstacles, nous avons :

  • Le manque de confiance en soi : on se pose toujours les questions si on est capable de telle chose, si on est capable de réaliser un projet,…etc. Il y a des blogueurs qui masquent leur confiance en eux-mêmes en relevant la difficulté de publier un article, ou d’arrêter leur ligne éditoriale… Un blog avec son nom dessus, des articles signés de votre nom, le regard des autres, les critiques qui ne manquent pas… Ils se disent qu’ils vont forcément écrire une connerie au fil des publications… Le blogueur professionnel ne doute pas de ses capacités et sait qu’il apprend chaque jour et devient ainsi plus meilleur avec le temps.
  • Le vol d’idées : Le plagiat et le vol d’idées ont une histoire qui se confond avec l’histoire de l’Homme. Même si des blogueurs vous piquent vos idées et vos articles, il y en aura toujours certains qui vous citeront. Ces liens externes vont vous amener plus de trafic, plus de remontée dans le classement des moteurs de recherche, plus de renommée, plus de publicité et vous pourriez monétiser cette audience pour gagner plus d’argent. Ne vous gênez pas pour ceux qui ne vous citent pas : ils participent aussi à la propagation de vos idées et si vous faites les choses bien, vous allez finir par récupérer d’une manière ou d’une autre cette audience. Par exemple, si vous publiez un livre sur ces idées ou ce thème, vous pouvez avoir des acheteurs qui viennent du blog du plagieur d’idées.
  • La peur de l’échec : Je l’ai déjà dit dans un autre billet publié dans ce blog. Plein de blogueurs professionnels qui gagnent de l’argent avec leur blog n’en sont pas à leur premier essai. Ils arrivent parfois à trouver le thème gagnant après avoir créé 2, 3, voire plus de 4 blogs. L’important est d’apprendre d’un échec.
  • La peur de perdre de l’argent : cela arrive parfois à un blogueur… dois-je investir à Google Adwords pour promouvoir mon produit, mon blog? Dois-je acheter le dernier gadget WordPress dont on promet qu’il me drainera plus de trafic? S’il faut publier un livre, il faudra forcément solliciter les services d’un infographe pour la couverture du livre. Si on veut faire professionnel, il faudra acheter un nom de domaine, un espace pour l’hébergement du blog… Gagner de l’argent est difficile, forcément en dépenser… Fort heureusement, il y a toujours des ressources gratuites sur le Net. Les fonctionnalités sont parfois limitées mais cela peut faire l’affaire pour vos débuts.
  • Le manque de soutien, de support : La plupart des blogueurs exercent en solo, en individuel. Forcément, ce n’est pas facile puisque vous devez faire tout seul : produire des articles, revoir l’organisation du blog, organiser vos articles en catégories, concevoir des produits, assurer la promotion de vos produits… Toute cette charge de travail sans soutien peut mener certains au découragement. Néanmoins, il y a toujours des ressources qui vous permettent de “déléguer” certaines tâches, comme les plugins ou gadgets WordPress.
  • La dénégation : Parfois, certains blogueurs sont des pionniers dans un domaine, dans un thème,… Ce statut de pionnier les aveugle et les empêche de voir leurs insuffisances, d’être attentif aux critiques et surtout d’être dans une disposition d’apprenants… Ce qui peut vous empêcher de saisir certaines tendances à l’œuvre. Il y a plein de blogueurs populaires qui ont sombré ou vu leur audience fondre comme neige au soleil. D’autres, plus malins, recyclent leur succès d’il y a 5 ans en “formations” et les vendent à des apprentis blogueurs qui croient ainsi qu’ils mettront la charrue avant les bœufs. Internet n’est pas figé, il évolue très rapidement. Parfois, il faut apprendre à sacrifier une voie qui, certes, nous a mené très loin.

Comment s’en sortir face à ces différents obstacles?

  1. Testez tout : Ceux qui n’échouent jamais sont ceux qui n’agissent pas. Pour avoir le miel, il faut être prêt à affronter la ruche. Si vous voulez gagner de l’argent avec un blog, commencer à bloguer, observer ce que font les meilleurs, essayez leurs méthodes, publiez des livres, essayez vous avec des applications… C’est dans le foisonnement de ces idées, de ces essais et erreurs que vous allez trouver le bon filon.
  2. Sortir de sa zone de confort : Cela découle naturellement du point précédent. Forcément, pour tester, il faut sortir de sa zone de confort. Ne jamais se contenter des acquis. Et toujours garder en tête qu’un acquis peut devenir à la longue un handicap.
  3. Sachez que vous avez toujours un filet de sécurité : Ce sont les compétences acquises en bloguant que vous pouvez monétiser en étant un consultant… En écrivant ou en faisant des recherches tous les jours pour votre blog, vous progressez et acquérez de nouvelles compétences.
  4. Attendre la bonne opportunité : le temps est une variable importante pour tout stratège. Il faut savoir faire les choses au bon moment. Si vous voulez publier un livre, préparer à l’avance le lancement du livre avant sa mise sur le marché en bloguant sur le thème de l’ouvrage. En observant le trafic enregistré par le blog sur ce thème, vous pourrez saisir le bon moment pour présenter le livre.

Avec toute cette mise en garde, n’attendez plus que tout soit réunir, tout soit parfait pour vous lancer. Le perfectionnisme ne mène nulle part.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Le Guide Complet des Plugins WordPress pour Blogueur Professionnel

wp-orange-640x960 Un blogueur professionnel sait qu’il évolue dans un domaine très concurrentiel, avec des internautes très exigeants et que ses tâches iront de la préparation des contenus à publier, l’entretien et l’optimisation du blog, le gestion et l’animation de sa communauté sur les réseaux sociaux, les réponses aux questions des lecteurs et visiteurs, la conception, proposition et promotion des produits (ebooks, formation, podcasts, webinaires, coaching ou consulting,..etc), et bien d’autres activités. En plus de tout cela, vous avez votre vie personnelle et professionnelle à gérer, famille, relations, ami(e)s,…etc. Tout cela peut sembler pesant et vos journées peuvent rapidement devenir un enfer où vous vous trouvez esseulé à la fin de chaque journée.

Fort heureusement, vous avez la possibilité de vous faire assister, voire déléguer certaines tâches grâce à des outils ou extensions si vous avez WordPress comme moteur de publication de votre blog. Nous allons donc présenter les plugins WordPress indispensables pour un blogueur professionnel, les meilleurs plugins disponibles sur la toile et en plus, les plus gratuits seront privilégiés.

Mais avant d’y arriver, je dois rappeler qu’il ne faut pas installer un plugin pour le plaisir d’installer, parce que vous avez suivi ou vu chez un concurrent… Vous devez installer un plugin avec un objectif : A chaque plugin installé doit être assigné un objectif. Si vous installez un plugin pour optimiser votre site pour les moteurs de recherche, vous devez évaluer l’avant et l’après pour juger de la valeur ajoutée de ce plugin. Car installer un plugin alourdit votre plateforme de blog et surtout complique sa sécurité. C’est pour cela que cette prise de risque doit se justifier par une valeur ajoutée.

Comment assigner un objectif à un plugin? Il est important de ne pas oublier les cinq (05) étapes qui conduisent au succès pour un blogueur que nous avons déjà abordé. Rappelons tout simplement que nous avions dit que la différence entre les blogueurs professionnels et les blogueurs amateurs se trouvait dans le fait que les premiers concevaient leur succès à travers cinq (5) étapes :

  1. L’acquisition : il s’agissait d’attirer les visiteurs du blog à travers les différents canaux d’accès au web, à l’exemple des moteurs de recherche.
  2. L’activation : ici, il s’agissait de frapper l’esprit du visiteur dès sa première visite du blog, de créer une excellente expérience utilisateur.
  3. La rétention : ici, il s’agissait de faire revenir le visiteur sur le blog, qu’il le visite plusieurs fois.
  4. La référence : ici, il s’agissait d’établir de l’autorité sur le visiteur, afin qu’il fasse de la recommandation de votre blog sur un domaine donné.
  5. Le revenu : à cette dernière étape, il s’agissait de définir une stratégie de monétisation du comportement du visiteur.

Pour le détail des actions à poser pour chaque étape, nous avons recouru à publication d’un livre nommé le “Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent” disponible à Amazon.

En ce qui concerne le thème abordé dans cet article, il est important d’assigner chaque plugin WordPress à l’une des étapes. Par exemple, il faut des plugins WordPress qui vous permettent :

  • d’attirer des visiteurs dans votre blog, que ce soit par les moteurs de recherche ou les réseaux sociaux,
  • de diminuer le taux d’abandon du blog,
  • de retenir les visiteurs du blog,
  • de transformer des visiteurs en lecteurs,
  • de monétiser votre blog.

Nous allons ainsi présenter les meilleurs plugins WordPress pour chaque étape afin de faire de vous un super blogueur professionnel.

Les plugins WordPress pour avoir du trafic

image

WordPress SEO Plugin : Pour l’optimisation de votre blog pour les moteurs de recherche et les réseaux sociaux.

 

 image

All in One SEO Pack : optimisation pour moteurs de recherche et réseaux sociaux

image

Google XML Sitemaps : optimisation pour le moteur de recherche Google

image SEO Friendly Images : optimisation pour les moteurs de recherche, en ciblant les images de votre blog.

image

Digg Digg : optimisation pour les réseaux sociaux à travers la barre de partage

image

Pinterest Pin It Button For Images : optimisation pour le réseau social d’images Pinterest qui monte en puissance

image MyTweetLinks : Pour permettre aux internautes partager sur Twitter certains passages des billets de votre blog

  image

SumoMe : Pour augmenter son trafic, un tout-en-un

Les plugins WordPress pour diminuer le taux d’abandon du site

image WordPress Themes : un site sobre, avec un excellent rendu visuel, une typographie qui soulage la lecture… Prenez le temps de bien choisir le thème graphique de votre blog.

image Wordfence Security : Pour la sécurité et la performance de votre site

image

Akismet : prévenir les commentaires indésirables et les spams.

Les plugins WordPress pour retenir les visiteurs

image

Contextual Related Posts : Présenter les articles similaires à la fin de chaque article publié dans votre blog

image

Revive Old Post (Former Tweet Old Post) : reproposer un article déjà publié

image

YARPP : propose à la fin de chaque article les autres contenus de votre blog.

Les plugins WordPress pour avoir les lecteurs

imageNewsletter : Pour créer une newsletter, une lettre d’information dans votre blog

image

MailPoet : même chose que le précédent mais avec des plus : lettres d’information, notifications par mail dès la publication d’un nouvel article, autorépondeur.

 image Dreamgrow Scroll Triggered Box : Pour créer des pop-up dans votre blog, idéal pour construire votre liste d’abonnés

image

Addthis : Pour être suivi dans les réseaux sociaux

Les plugins WordPress pour monétiser votre blogimage

Google Analytics for WordPress : pour mesurer l’audience de votre blog, analyser les actions et augmenter votre taux de conversion.

image

Google Analytics Dashboard for WP : semblable au précédent, mesure d’audience, analyse du trafic.

image

WooCommerce – excelling eCommerce : créez votre boutique et vendez ce que vous voulez. Paypal est intégré à ce plugin pour recevoir les paiements.

image

WordPress Landing Pages : Pour créer une page de vente pour votre produit ou service.

image

PayWithATweet : Pour faire une campagne de promotion d’un produit. Vous pouvez établir un produit gratuit qui sera vendu contre un tweet. La viralité de la diffusion permettra de promouvoir le produit payant, extension du produit gratuit.

image

HelloBar : une barre au dessus du blog pour faire la promotion d’un produit.

 

image

Ebook Store : vendez vos ebooks grâce à ce plugin.

image 

eBook Sales : votre boutique d’ebooks

image

Selz : vendre et recevoir des paiements en toute sécurité.

Avec ces plugins ou extensions WordPress, vous maximiser vos chances pour réussir dans le blogging professionnel. Attention! Ce ne sont pas les seules extensions, il y en a pléthore que vous pouvez retrouver avec le moteur de recherche Google. Faites juste attention aux mises à jour car une extension qui n’est pas à jour ou le développement a été arrêté met en danger votre plateforme de blog. Il vous suffit de regarder la date de la dernière mise à jour sur la page de téléchargement du plugin…

image 

On peut voir ici que la dernière mise à jour de l’extension date du 17 Mars 2014.

Pour terminer, rendez vous de temps en temps sur la page des plugins de WordPress, pour voir ceux qui sont les plus populaires… Vous pouvez trouver la pépite qui vous manque.

image

La page d’ accueil des extensions de WordPress

 

JESUSPAD001

« Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON