Les stratégies d’écriture (2) : Développer une idée

spirit-427791_640

Cette série sur les stratégies d’écriture s’inspire du « Writing Teacher’s Strategy Guide » de Steve Peha.

Dans un livre, il peut arriver que vous exprimiez vos opinions. Dans ce cas, il faut que vos opinions aient un sens aux yeux des lecteurs. L’expression de vos opinions doit être claire à la lecture, pour éviter de confondre le lecteur.

Le meilleur moyen, selon Steve Peha, d’exprimer vos opinions est d’utiliser la stratégie du « Quoi – Pourquoi – Comment ». Ainsi, cette stratégie consiste à répondre aux questions suivantes :

  • QU’Est-ce que vous pensez ? : La réponse à cette question recueille votre opinion.
  • POURQUOI vous pensez cela ? : Il y a toujours une raison ou des raisons qui ont motivé ou vous ont conduit à avoir cette opinion.
  • COMMENT savez-vous cela ? : Il faut des preuves à ce que vous avancez. Votre opinion doit être soutenue par des exemples, des preuves, des références, des citations, des statistiques, descriptions, …etc.

Pour conclure, une opinion exprimée doit avoir de bonnes raisons et des preuves solides. Pour faciliter cette démarche, Steve Peha a conçu un graphe dont vous pouvez en avoir un aperçu :

image

Avec ce graphe, vous avez facilement vos paragraphes. Un paragraphe sera constitué d’une opinion, de raisons et des supports à votre opinion.

Tout le monde a des opinions. Et les raisons qui vont avec. Le plus difficile est de soutenir vos opinions. Et c’est là qu’on trouve la faiblesse de nombre d’auteurs.

Donc il faut prendre la peine de bien travailler le support de vos opinions. La raison est plus générale et la preuve est plus spécifique. Si vous dites par exemple que « La ville de Chicago meurt », vos raisons peuvent être l’élévation du taux de criminalité et du taux de chômage. Pour soutenir cela, vous pouvez employer les travaux de tel institut de statistique où il ressort qu’on a 15 meurtres pour 1 000 habitants, taux le plus élevé au monde, et un taux de chômage de 35 % dont 60% pour la tranche des 18-25ans…etc. Ce sont des exemples fictifs pour illustrer la démarche. D’ailleurs, si vous avez l’habitude de lire les journaux, vous verrez bien cette stratégie. De même, lorsque vous regardez les journaux télévisés ou les reporters, vous verrez que les journalistes alternent chiffres des instituts de statistiques, interviews d’experts, témoignages de populations,…etc. C’est la même chose que vous devez faire par écrit.

Terminons ce billet avec une illustration. J’ai l’habitude de jeter un coup sur les “Flash Economie” de NATIXIS CIB. Je vais prendre l’exemple du Flash Economie n°729 de ce jour. Je vous passe les détails de l’article puisque mon objectif est de mettre en exergue la différence qu’il y a entre raisons et preuves dans l’expression d’une opinion. J’ai bien dit plus haut que la raison est plus générale et la preuve plus spécifique. Dans ce “Flash Economie”, prenons cet extrait :

image

C’est l’une des raisons avancées par l’auteur pour justifier pourquoi on va passer d’une “volatilité haute fréquence à une volatilité basse fréquence” comme l’indique le titre de cette note de recherche :

image

Une fois la raison avancée, qui est la liquidité mondiale qui croit très rapidement, l’auteur qui n’est autre que Patrick Artus  présente une preuve plus spécifique pour soutenir la raison avancée :

image

La preuve ici est les 2 graphiques que vous voyez. Et sur chaque graphique, les sources sont inscrites. Si vous parcourez cette note, vous verrez que pour chaque raison avancée, des “preuves” sont présentées.

Un journaliste peut écrire son article en reprenant comme raisons et preuves des extraits de la note de recherche de Patrick Artus, qu’il pourra, s’il le veut, croiser avec les notes d’autres chercheurs. Ou s’appuyer dessus pour conduire des interviews à d’autres experts, question de recueillir leurs avis. Et à partir de ces recueils, se faire une opinion qu’il publiera dans son journal, en accompagnant sa rédaction de tous les matériaux réunis.

C’est une démarche que je trouve honnête. Si quelqu’un contredit votre opinion, il faudra qu’il amène des preuves. Ou s’il trouve vos “preuves” pas assez suffisantes pour avancer de telles raisons, il pourra ouvrir le débat.

Voilà ainsi une autre stratégie pour construire un paragraphe. Ce sont les paragraphes qui donnent des chapitres, et les chapitres un livre. Pensez-y toujours, à commencer par le plus petit. En pensant uniquement au livre, on se dit que c’est bien difficile de terminer mais en commençant par des paragraphes, on y arrive toujours.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s