Note de lecture du Chapitre 3 de “Launch” de Jeff Walker

launch

Nous continuons notre revue du livre de Jeff Walker avec le chapitre 3 titré « A License to Print Money: Your List.». Pour ceux qui veulent retrouver les précédentes notes de lecture, vous avez le chapitre 1 ici et le chapitre 2 ici. Dans ce chapitre, il est question de la liste d’emails, que l’auteur caricature en “licence à imprimer de l’argent”.

Une liste d’emails de clients et de prospects vous donne la capacité de générer les revenus à la demande. Ainsi, ce chapitre aborde ce que l’auteur entend par « capacité de générer les revenus à la demande ». Et comme à son habitude, une étude de cas est présentée où l’auteur conte comment il avait besoin de près de 70 000 US Dollars pour l’achat de sa maison et à cet occasion, il a analysé toutes les interactions qu’il a eu avec sa liste d’emails et suivant les retours, il a créé rapidement un produit qui lui a permis d’avoir plus que la somme espérée. C’est pour cela qu’il préconise de se concentrer sur la construction de sa liste de clients et prospects, c’est-à-dire la liste de personnes que vous demandez de souscrire à vos mails.

Pour y arriver, vous devez donner une raison de souscrire aux personnes. Cela peut être de recevoir une lettre d’information, d’obtenir des mises à jour journalières, d’apprendre ou de mettre à leur disposition un contenu (livre, audio, vidéo ou autre). Je suis sûr que vous allez reconnaitre la stratégie de plusieurs blogueurs. Votre liste ou base de données de clients et prospects est toujours l’actif le plus important de votre business.

L’auteur fait recours aux anecdotes personnelles pour soutenir l’importance de la liste d’emails. Cela l’amène à souligner une différence qu’il marque avec d’autres personnes qui font des listes d’emails : cette différence se trouve dans la relation.

L’email que vous envoyez à partir de votre liste arrive dans les boites individuelles, et chaque souscripteur est un individu, une personne unique. Bien que cela soit banal, plusieurs détenteurs de listes l’oublient. La boite mail est souvent considérée par plusieurs personnes comme un domaine réservé, privé. Dans cette situation, l’auteur présente comment il crée une connexion personnelle en racontant son vécu personnel dans les mails envoyés ou en parlant de ses enfants. C’est cette connexion personnelle qui permet aux prospects et clients d’ouvrir les mails, les lire et cliquer sur les liens. Cela ne sert à rien d’avoir une liste d’emails où les mails envoyés ne sont jamais ouverts, ou lus. C’est ce qui amène aussi certains à penser que la taille de la liste n’est pas importante.

Il est vrai qu’avec la montée en puissance des réseaux sociaux, il est aussi important d’avoir une liste de followers sur les sites de réseaux sociaux comme Facebook, Youtube ou Twitter,…etc. Seulement, Jeff Walker s’appuie sur son expérience en estimant que les réseaux sociaux n’ont pas le même taux de réponse que les mails. Néanmoins, une mise en garde est faite : cela peut changer avec le temps, dans le futur. Mais pour l’instant, une liste d’emails a plus de valeur qu’une liste de followers sur Facebook ou Twitter. Surtout, les réseaux sociaux ont 2 inconvénients :

  • Vous ne maîtrisez pas la plateforme : à tout moment, Facebook peut changer les règles sans vous avertir.
  • Un réseau social peut permettre sa popularité avec le temps… et dans ce cas-là, vos listes perdront de leur valeur.

Pour revenir à nos listes d’emails, vous devez faire attention à séparer votre liste entre une liste de clients et une liste de prospects. Le traitement des deux (2) listes est différent, bien qu’il faille maintenir la relation avec les deux. Seulement, il faut donner plus de temps et d’effort à la liste des clients, la liste de ceux qui ont acheté vos produits, en envoyant par exemple des bonus ou autres produits. C’est pourquoi le PLF vise à déplacer les personnes de la liste des prospects à la liste des clients.

Maintenant, nous aborderons le côté pratique de la chose : comment construire une liste ?

Tout d’abord, il faut avoir une idée claire de l’identité du prospect, qui est le prospect, la personne typique que vous ciblez. En comprenant cette personne, vous pouvez construire une offre qui lui permettra de joindre votre liste. Il faut forcer le visiteur de votre page à faire le choix. Pour y arriver, il faut savoir ce que cette personne veut réellement, ses peurs, ses désirs,…etc.

Pour construire sa liste, il faut :

  1. Définir son avatar, au sens du marketing. Ce sont des personnalités fictives de votre marché cible auxquels que vous définissez certaines caractéristiques : âge, emploi, sexe, éducation, loisirs, problèmes, désirs, peurs, et autres.
  2. Créer l’offre d’opt-in, c’est la raison pour laquelle le visiteur de votre page doit souscrire en donnant son email : un livre, une astuce, un cours, une vidéo… C’est à votre choix et à votre imagination.
  3. Créer une squeeze page, c’est la page où le visiteur doit souscrire pour pouvoir disposer de l’offre d’opt-in. On emploie le terme “squeeze” tout simplement parce que cette page établit une contrainte au visiteur de la page : il ne peut que souscrire pour avoir l’offre. Soit il donne son email, il a par exemple le livre gratuit, soit il ne donne pas son email et il n’a pas le livre. En fait, c’est la page qui force le visiteur à faire un choix.

Après, la seule chose à faire est de drainer du trafic vers votre squeeze page. Vous pouvez drainez du trafic en passant par Google (à l’aide du SEO), par l’achat des mots-clés aux moteurs de recherche, par les réseaux sociaux, ou l’activisme dans les forums en ligne.

La préférence de l’auteur en matière de sources de trafic va pour l’affiliation et les partenariats de joint-venture. Il s’agit d’utiliser la liste emails d’autres personnes qui vous envoient ainsi du trafic et qui sont payées sur les ventes générées par ce trafic.

Si vous voulez établir un business viable en ligne, vous devez vous concentrez sur la construction d’une liste d’emails. C’est un principe central. Il n’est pas possible de maximiser les résultats du PLF sans une liste et il n y a pas meilleure façon de construire une liste qu’avec le lancement d’un produit.

Voilà en bref le contenu de ce chapitre 3. La base du PLF, c’est votre liste d’emails. Vous n’êtes surement pas dupe et vous constatez que 90% des blogueurs vous proposent de donner votre mail en échange d’un livre gratuit, d’une vidéo de formation, d’un cours,…etc. C’est exactement cette stratégie qui est mise en œuvre. Nous allons continuer avec cette partie et vous allez mieux comprendre la stratégie des blogueurs. C’est la mission de ce blog, présenter le secret des blogueurs qui s’enrichissent.

Publicités

Une réflexion sur “Note de lecture du Chapitre 3 de “Launch” de Jeff Walker

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s