Le dilemme du bon employé en entreprise ou comment les meilleurs arrivent à se faire vite virer

rome-484366_1280

Plus vous faites du bon travail, plus vous avez de travail et moins vous faites du bon travail à la fin.

N’avez-vous pas eu à constater ou à vivre ce fait en entreprise ou dans la vie?

Vous venez d’être embauché et vous faites du bon travail, vos délais sont toujours tenus, votre copie parfaite. Et la hiérarchie vous apprécie. Que se passe-t-il après? La conséquence est simple : plus de dossiers vous sont affectés par la hiérarchie tout simplement parce que sensibles, cette hiérarchie attend encore de bons résultats comme vous avez l’habitude de le faire. Et si vous réussissez encore à relever ce défi, à la suite, de plus en plus de dossiers vous sont affectés. Vous croulez sur les dossiers, vous vous battez à la mesure de ce que vous êtes tout simplement malgré votre énergie et vos talents : un homme.

Et un homme a toujours une limite. Vous arbitrez entre les dossiers et évacuez autant que vous le pouvez ce que vous jugez important ou urgent. On vous félicitera aujourd’hui pour la réussite de tel ou tel dossier mais demain, on vous tirera les oreilles pour l’arbitrage fait : pourquoi vous ne vous êtes pas investi sur tel dossier autant que l’autre, qui êtes-vous donc pour juger de l’importance ou de l’urgence de tel dossier par rapport à l’autre?

Et vous aurez vite fait d’énerver, d’embarrasser une partie de la hiérarchie, la partie qui n’a pas longue mémoire ou oublie vos prouesses d’hier. La partie dont la mémoire est moins courte, la minoritaire, vous pardonnera cette fois mais jamais 2 fois, en se disant que « ça peut arriver« , en balançant cet incident sur la malchance. Mais si ça arrive 2 fois, ce n’est plus la malchance, c’est vous.

En entreprise, il n y a pas de mémoire longue, encore moins moyenne. Compte tenu du nombre de dossiers sous vos mains, vous allez finir par faire une 2ème « erreur ». Cela est de trop! Vous n’êtes plus compétent, vous vous amusez maintenant. Vous êtes surpris et vous ne comprenez pas pourquoi on vous condamne alors que vous vous adonnez avec la même, sinon plus d’énergie qu’au départ. Pourquoi on vous cloue rapidement au piloris? Quelle ingratitude! Et c’est comme ça que vous engagez le chemin de la rébellion sourde qui vous mènera tôt ou tard à la porte.

Et c’est une fois hors de l’entreprise qu’on reconnaitra vos mérites. C’est pour cela qu’on observe souvent un employé se faire virer, et être rappelé après. Un employeur est toujours habitué à un indicateur qu’il juge bon et se satisfait quand on le dépasse. Si, une fois dans l’entreprise, vous levez la barre, il en voudra toujours plus. Et vous aurez toujours plus de pression, jusqu’à ce que vous finissiez par craquer. Et le découragement de l’employeur sera à la hauteur des attentes qu’il aura posé sur vous. Seuls les employés moyens font long feu, ceux qui se contentent juste de donner ce qu’on attend d’eux. Les excellents employés finissent à la porte, avec à la clé le mépris doublé de la joie de vos collègues qui voient ainsi aboutir des longs mois de refoulement d’une jalousie mal dissimulée.

Cette situation vaut aussi dans la vie personnelle. Plus vous donnez à un enfant, plus il en redemande. Vous avez donné le iPod? Il voudra le iPhone. Vous avez donné le iPhone, il voudra après le iPad… Si vous avez une compagne et vous lui offrez des bijoux? Il faudra aussi des sacs. Après les sacs? Des robes, des chaussures,…etc. Cette situation est vécue par plusieurs personnes qui ont l’impression que plus elles en donnent, plus on leur en redemande. Et ça finit toujours par une crise. Que faire face à cette situation?

Pour ma part, je règle le problème simplement : je ne donne jamais à 100% ce qu’on me demande. Vous allez dire que c’est trop facile ainsi dit. Probablement mais c’est la vérité. Devant une demande, je positionne toujours 2 options : soit elle n’est pas satisfaite entièrement à l’instant, soit elle est satisfaite mais pas au délai requis. Le but est de ne jamais jouer les super intelligents ou les super gentils…Bien sûr, avec cette approche, personne ne sera jamais satisfait, ni votre vis à vis, ni vous même. Votre employeur ne sera pas satisfait entièrement de vos résultats, votre compagne ne sera jamais entièrement satisfaite de vos démarches. Tant mieux, si cela vous permet de respirer un peu. C’est le prix à payer pour ne pas tomber dans cet engrenage qui finit toujours par vous asphyxier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s