Qu’est-ce qui est réellement nécessaire pour réussir?

award-148961_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

Depuis plus d’un an, je m’entraîne avec des amis du Columbus Weightlifting. Une de nos haltérophiles, Heather, a rejoint l’équipe et n’avait pas une paire de chaussures d’haltérophilie. Aussi, elle a emprunté une paire de chaussures dont le cuir était criblé de craquements. Ces chaussures pouvaient avoir facilement plus de 10 ans. Pendant des mois, je venais dans la salle de gym et il y avait Heather qui travaillait avec ces vieilles chaussures.
Que s’est-il passé ?

Elle s’est qualifiée pour participer aux championnats nationaux – avec des chaussures qui pouvaient à peine tenir.

De tels résultats servent de rappel sur ce qui est réellement nécessaire pour réussir. Pensez à toutes les choses que vous jugez nécessaires pour réussir- le «bon» équipement, le «bon» certificat, la «bonne» expérience, le « bon » diplôme – est-ce que tout cela vaut vraiment la peine ? Dans quelle mesure ils sont nécessaires pour le succès ?

PERDRE DU TEMPS SUR LES DERNIERS 10%

Nous sommes obsédés par les tactiques et les stratégies qui permettent de faire la différence sur les derniers 10%. Par exemple : Est-ce que j’ai une bonne séance d’entraînement?
Eh bien, débattons des raisons pour lesquelles il ne peut avoir autre chose que vous. Peut-être que vous devez ingurgiter votre protéine post-entraînement 30 minutes après l’entrainement au lieu de 60 minutes après l’entraînement. Peut-être qu’il vous faudra de meilleures paires de chaussures. Ou une ceinture. Ou une chemise anti-transpiration. Ou les genouillères.
Que c’est incroyable le temps que nous perdons sur de petites choses! J’ai tellement entendu ce genre d’excuses dans les conversations. Moi-même, j’ai eu à recourir à ces excuses.

Pourquoi ? Parce qu’il est plus facile de perdre du temps à débattre des 10% d’amélioration que de faire simplement la chose qui fait 90% de différence. Il est plus facile de prétendre que vous avez besoin d’un meilleur régime alimentaire ou d’un nouveau modèle d’entraînement ou d’un équipement différent au lieu d’admettre que ce que vous avez vraiment besoin est de ne pas manquer une séance d’entraînement durant les six prochains mois.
Cette même idée est vérifiée pour les régimes alimentaires et la nutrition, le business et l’entreprenariat, l’écriture et l’art, et pratiquement toute autre entreprise que nous faisons. Nous voulons des stratégies qui s’adaptent, capables d’évoluer. Nous voulons des tactiques qui sont optimisées. Mais finalement, vous vous rendez compte que la plus grande différence entre le succès et l’échec, c’est de maîtriser les fondamentaux.

  • Peut-être qu’un ordinateur rapide fera de Stephen King un meilleur écrivain … parce qu’il a déjà maîtrisé les rudiments pour écrire chaque jour.
  • Peut-être qu’un repas optimal fera d’un nageur olympique un meilleur athlète … parce qu’il a déjà maîtrisé les principes fondamentaux d’une alimentation saine et d’un entrainement rigoureux.
  • Peut-être qu’une meilleure guitare fera d’Eric Clapton un meilleur musicien … parce qu’il a déjà maîtrisé les fondamentaux d’une excellente composition musicale.

Mais pour la plupart d’entre nous, la dernière tranche de 10% d’optimisation nous conduit rarement à faire la différence sur ce que nous voulons atteindre.

LA PLUS GRANDE COMPETENCE

Voici la plus grande compétence dans toute entreprise : faire le travail.

Ne faites pas le travail qui est facile pour vous de faire. Ne faites pas le travail qui vous fait bien paraître. Ne faites pas le travail quand vous vous sentez inspiré. Faites juste le travail.

Vous pourriez ne pas être un brillant écrivain, mais si vous écrivez réellement quelque chose chaque semaine, alors vous serez mieux que la plupart, parce que vous faites le travail.

Vous pourriez ne pas être un athlète incroyable, mais si vous ne manquez jamais vos séances d’entraînement, alors vous serez mieux que la plupart, parce que vous faites le travail.

Vous pourriez ne pas être un homme d’affaires avisé, mais si vous faites un point pour servir vos clients tous les jours, alors vous serez mieux que la plupart, parce que vous faites le travail.

Et il en va de tout et de tous les défis que nous devons relever. Les gens aiment se plonger dans les détails, la recherche de nouvelles tactiques, et de débattre des choses qui font une infime différence. Mais à la fin de la journée, la plus grande compétence est de toujours faire le travail. C’est ce qui fait la différence entre les professionnels et les amateurs.

QU’EST-CE QUE VOUS N’AVEZ PAS BESOIN

Vous n’avez pas besoin d’un meilleur ordinateur pour devenir un bon écrivain. Vous n’avez pas besoin d’une meilleure guitare pour apprendre à jouer. Vous n’avez pas besoin d’un meilleur appareil photo pour devenir un bon photographe. Vous n’avez pas besoin de plus d’expérience pour devenir un orateur public. Vous n’avez pas besoin de plein de diplômes pour bâtir une entreprise. Et vous n’avez pas besoin de chaussures impressionnantes d’haltérophilie pour devenir un bon haltérophile.
Vous n’avez pas besoin de tout ça.
Tout ce que vous avez besoin est de prendre une décision, fixer un calendrier, et commencer.
Tout ce que vous avez besoin, c’est de faire le travail.

Article traduit à partir de “What is Actually Required for Success?” disponible à l’adresse http://jamesclear.com/required-for-success

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Oubliez de fixer DES objectifs et Concentrez-vous sur UN seul pour l’atteindre.

meditation-303260_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

Nous avons tous des choses que nous voulons accomplir dans notre vie – avoir la meilleure forme, bâtir une entreprise prospère, avoir une magnifique famille, rédiger un livre best-seller, gagner un championnat, et ainsi de suite.

Et pour la plupart d’entre nous, le chemin vers ces choses commence par la fixation d’un objectif spécifique et faisable. Au moins, c’est ainsi que je concevais ma vie jusqu’à récemment. Je voulais fixer des objectifs pour les cours que je prenais, pour mes exercices de musculation dans la salle de gym, et pour les clients que je voulais pour mon entreprise.

Cependant, ce que je suis en train de réaliser, c’est qu’il y a une bien meilleure façon d’obtenir effectivement les choses et faire des progrès dans les domaines qui sont importants pour nous.

Le tout se résume à la différence entre les objectifs et les systèmes.

Je m’explique.

LA DIFFERENCE ENTRE LES OBJECTIFS ET LES SYSTEMES

Quelle est la différence entre les objectifs et les systèmes?

Si vous êtes un entraîneur, votre objectif est de gagner un championnat. Votre système est ce que votre équipe fait à l’entraînement chaque jour.

Si vous êtes un écrivain, votre objectif est d’écrire un livre. Votre système est le travail d’écriture que vous exécutez chaque semaine.

Si vous êtes un coureur, votre objectif est de courir un marathon. Votre système est votre programme d’entraînement pour le mois.

Si vous êtes un entrepreneur, votre objectif est de construire une entreprise à 7 chiffres de ventes. Votre système est votre processus de vente et de marketing.

Maintenant, pour la question très intéressante : Si vous ignoriez complètement vos objectifs pour vous concentrer uniquement sur votre système, auriez-vous encore des résultats?

Par exemple, si vous étiez un entraîneur de basket-ball, vous ignorez votre objectif de gagner un championnat et vous vous concentrez uniquement sur ce que votre équipe fait à l’entraînement chaque jour, allez-vous encore obtenir des résultats ?

Je pense que vous le feriez.

Par exemple, je viens d’ajouter, par cet article, le nombre total de mots pour les articles que j’ai écrit cette année. Au cours des 12 derniers mois, j’ai écrit plus de 115.000 mots. Le livre typique compte environ 50 000 à 60 000 mots, alors j’ai écrit assez pour remplir deux livres cette année.

Tout cela est une surprise parce que je n’ai jamais mis un but à mon écriture. Je n’ai pas mesuré mes progrès par rapport à une référence. Je n’ai jamais fixé un objectif de nombre de mots pour un article particulier. Je n’ai jamais dit, « Je veux écrire deux livres cette année. »

Ce que j’ai fait était de me concentrer sur l’écriture d’un article chaque lundi et jeudi. Et après m’en tenir à ce calendrier pendant 11 mois, le résultat a été les 115.000 mots. Je me suis concentré sur mon système et le processus pour faire le travail. En fin de compte, j’ai obtenu les mêmes (ou peut-être meilleurs) résultats.

Parlons des trois raisons pour lesquelles vous devriez vous concentrer sur les systèmes plutôt que des objectifs.

1. LES OBJECTIFS REDUISENT VOTRE BONHEUR ACTUEL

Lorsque vous travaillez pour atteindre un objectif, vous dites en substance : “Je ne suis pas assez bon encore, mais je le serai quand j’atteindrai mon objectif.”

Le problème avec cet état d’esprit, c’est que vous apprenez vous-même à différer le bonheur et le succès jusqu’à ce que le prochain cap soit atteint. “Une fois que j’ai atteint mon objectif, alors je serai heureux. Une fois que j’ai atteint mon objectif, alors j’aurai réussi.”

SOLUTION : S’engager pour un processus, pas un objectif.

Le choix d’un objectif met un lourd fardeau sur vos épaules. Pouvez-vous imaginer si j’avais défini comme objectif d’écrire deux livres cette année ? Juste écrire cette phrase me stresse.

Mais nous le faisons à nous-mêmes tout le temps. Nous mettons un stress inutile sur nous-mêmes pour perdre du poids ou réussir en affaires ou écrire un best-seller. Au lieu de cela, vous pouvez garder les choses simples et réduire le stress en vous concentrant sur les activités quotidiennes et caler cela avec votre planning, plutôt que de vous soucier des grands objectifs qui sont censés vous changer la vie.

Quand vous vous concentrez sur la pratique plutôt que la performance, vous pouvez profiter de l’instant présent et vous améliorer en même temps.

2. LES OBJECTIFS SONT ETRANGEMENT EN CONTRADICTION AVEC LES PROGRES A LONG TERME.

Vous pourriez penser que votre objectif va permettre que soyez motivé sur le long terme, mais ce n’est pas toujours vrai.

Considérer l’entrainement de quelqu’un pour un semi-marathon. Beaucoup de gens vont travailler dur pendant des mois, mais dès qu’ils terminent la course, ils arrêtent l’entraînement. Leur objectif était de terminer le semi-marathon et maintenant qu’il est atteint, cet objectif n’est plus là pour les motiver. Lorsque l’ensemble de votre travail est axé sur un objectif particulier, qu’est ce qui est censé vous pousser vers l’avant après que vous y parvenez ?

Cela peut créer une sorte d’ «effet yo-yo» où les gens vont et viennent entre travailler sur un objectif et ne pas travailler. Il est difficile de s’appuyer sur ce type de cycle pour faire des progrès à long terme.

SOLUTION : Relâchez le besoin de résultats immédiats.

Je m’entraînais à la salle de gym la semaine dernière et je faisais mon avant-dernière série d’épaulé-jeté (haltérophilie). Quand j’ai réussi cet exercice, j’ai senti un petit pincement dans ma jambe. Ce n’était pas douloureux, aucune blessure, juste un signe de fatigue vers la fin de mon entraînement. Pendant une minute ou deux, j’ai pensé à faire ma dernière série. Puis, je me suis rappelé que je prévoyais de faire cela pour le reste de ma vie et j’ai décidé de m’en rappeler un jour.

Dans une situation comme celle-ci, une mentalité axée sur les objectifs vous dira de terminer la séance d’entraînement et d’atteindre votre objectif. Après tout, si vous définissez un objectif et que vous ne l’avez pas atteint, alors vous ressentez cela comme un échec.

Mais avec une mentalité axée sur les systèmes, je n’ai eu aucune difficulté à passer dessus. Une réflexion axée sur les systèmes ne vise jamais un nombre particulier, il s’agit de s’en tenir à la procédure et ne pas manquer des séances d’entraînement.

Bien sûr, je sais que si je ne rate jamais une séance d’entraînement, alors je vais soulever des poids plus importants à long terme. Et c’est pourquoi les systèmes sont plus précieux que les buts. Les objectifs concernent ​​le résultat à court terme. Les systèmes portent sur ​​le processus à long terme. En fin de compte, le processus l’emporte toujours.

3. LES OBJECTIFS INSINUENT QUE VOUS POUVEZ CONTROLER LES CHOSES SUR LESQUELLES VOUS N’AVEZ AUCUN CONTROLE.

Vous ne pouvez pas prédire l’avenir. (Je sais, c’est choquant.)

Mais chaque fois que nous fixons un objectif, nous essayons de le faire. Nous essayons de planifier où nous serons et quand nous allons le faire. Nous essayons de prédire avec quel timing nous allons faire des progrès, même si nous n’avons aucune idée sur les circonstances ou situations qui peuvent apparaître le long du chemin.

SOLUTION : Construire des boucles de rétroaction.

Chaque vendredi, je passe 15 minutes à remplir une petite feuille de calcul avec les paramètres les plus importants pour mon entreprise. Par exemple, dans une colonne je calcule le taux de conversion (pourcentage de visiteurs du site qui souscrivent à ma lettre d’information gratuite chaque semaine). Je pense rarement à ​​ce nombre, mais vérifier cette colonne chaque semaine fournit une boucle de rétroaction qui m’informe si je suis dans la bonne voie. Lorsque ce nombre diminue, je sais que j’ai besoin d’envoyer du trafic de haute qualité vers mon site.

Les boucles de rétroaction sont importantes pour construire de bons systèmes car elles vous permettent de garder une trace de nombreux éléments différents sans ressentir la pression de prédire ce qui va se passer avec tout cela. Oubliez de prédire l’avenir et mettez en place un système qui peut signaler quand vous avez besoin de faire des ajustements.

TOMBEZ AMOUREUX DES SYSTEMES

Rien de tout cela ne veut dire que les objectifs sont inutiles. Cependant, j’ai trouvé que les objectifs sont bons pour la planification de votre progrès et les systèmes sont bons pour vous faire réellement progresser.

Les objectifs peuvent fournir une orientation et même vous faire avancer dans le court terme, mais pour la suite, un système bien conçu vous fera toujours gagner. Disposer d’un système est ce qui importe. S’engager dans le processus est ce qui fait la différence.

Article traduit à partir de “Forget About Setting Goals. Focus on This Instead.disponible à l’adresse http://jamesclear.com/goals-systems

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Comment arrêter de procrastiner à l’aide de la «Règle des 2-Minutes"

red-52487_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

Récemment, j’ai suivi une règle simple qui m’a aidé à venir à bout de la procrastination et de m’en tenir plus facilement à de bonnes habitudes en même temps.

Je veux la partager avec vous aujourd’hui afin que vous puissiez l’essayer et voir comment cela fonctionne dans votre vie.

Le meilleur atout? C’est une stratégie simple qui est on ne peut plus facile à utiliser.

Voici ce que vous devez savoir …

COMMENT ARRETER DE PROCRASTINER AVEC LA «REGLE DES 2-MINUTES »

J’appelle cela la stratégie de la «règle des 2-Minutes » et l’objectif est de rendre plus facile pour vous de commencer les choses que vous devriez faire.

Voici le deal…

La plupart des tâches que vous procrastinez ne sont pas effectivement difficile à faire – vous avez le talent et les compétences nécessaires pour les accomplir -. Vous évitez simplement de les faire pour une raison ou une autre.

La Règle des 2-Minutes surmonte la procrastination et la paresse en permettant de rendre si facile le début de l’action tel que vous ne pourriez pas ne pas commencer.

Il y a deux parties à la Règle des 2 minutes …

Partie I – Si cela prend moins de deux minutes, alors faites-le maintenant.

La Partie I vient du livre best-seller de David Allen, « Getting Things Done ».

Il est surprenant de voir comment nous remettons à demain les choses que nous pouvons faire en deux minutes ou moins. Par exemple, laver les plats immédiatement après votre repas, jeter le linge dans la machine à laver, sortir les poubelles, nettoyer et mettre en ordre, envoyer un e-mail, et ainsi de suite.

Si une tâche prend moins de deux minutes pour finir, alors suivez la règle et faites le maintenant.

Partie 2 – Lorsque vous adoptez une nouvelle habitude, il devrait prendre moins de deux minutes pour se faire voir.

Est-ce que tous vos objectifs peuvent être atteints en moins de deux minutes? Bien sûr que non.

Mais, chaque objectif peut être lancé en 2 minutes ou moins. Et c’est le but derrière cette petite règle.

Il peut sembler que cette stratégie est trop basique pour vos grands objectifs de vie, mais je vous prie d’être patient. Il marche pour tout objectif pour une raison simple: la physique de la vie réelle.

LA PHYSIQUE DE LA VIE REELLE

Comme Sir Isaac Newton nous a appris il y a longtemps, les objets au repos ont tendance à rester au repos et les objets en mouvement ont tendance à rester en mouvement. C’est tout aussi vrai pour les humains que pour les pommes qui tombent.

La Règle des 2-Minutes travaille pour de grands objectifs, ainsi que de petits objectifs à cause de l’inertie de la vie. Une fois que vous commencez à faire quelque chose, il est plus facile de continuer à le faire. J’aime la « règle des 2 minutes » parce qu’elle couvre l’idée que toutes sortes de bonnes choses se produisent une fois que vous avez commencé.

Vous voulez devenir un meilleur écrivain? Il suffit d’écrire une phrase (règle des 2-Minutes), et vous allez vous surprendre souvent à écrire pendant une heure.

Envie de manger sain? Il suffit de manger un morceau de fruit (règle des 2-Minutes), et vous vous trouverez souvent inspiré pour faire une salade saine.

Vous voulez faire de la lecture une habitude? Il suffit de lire la première page d’un nouveau livre (règle des 2-Minutes), et avant que vous le sachiez, les trois premiers chapitres auront été dévorés.

Vous voulez courir trois fois par semaine? Chaque lundi, mercredi et vendredi, prenez vos chaussures de course et sortez de la maison (règle des 2-Minutes), et vous finirez par avaler des kilomètres avec vos jambes au lieu de remplir votre estomac de pop-corn.

La partie la plus importante de toute nouvelle habitude est le début, le commencement – pas seulement la première fois, mais à chaque fois. Il ne s’agit pas de performance, il s’agit de constance dans l’action. Dans tous les cas, commencer est plus important que réussir. Cela est particulièrement vrai pour les débuts car pour la suite, vous aurez assez de temps pour améliorer vos performances.

La Règle des 2-Minutes ne porte pas sur les résultats que vous obtenez, mais plutôt sur ​​le processus d’exécution. Il fonctionne très bien pour les gens qui croient que le système est plus important que le but. L’accent est mis sur l’action et on laisse couler les choses à partir de là.

ESSAYEZ-LE MAINTENANT

Je ne peux pas garantir si oui ou non la règle des « 2-minutes » va marcher pour vous. Mais, je peux vous garantir qu’il ne marchera jamais si vous ne l’essayez.

Le problème avec la plupart des articles que vous lisez, les podcasts que vous écoutez, ou vidéos que vous regardez est que vous consommez l’information, mais vous ne les mettez jamais en pratique.

Je veux que cet article soit différent. Je veux que vous utilisiez réellement cette information, dès cet instant.

Qu’est-ce que vous pouvez faire qui vous prendra moins de deux minutes? Faites-le dès maintenant.

N’importe qui peut épargner les 120 secondes suivantes. Utilisez ce temps pour faire quelque chose. Allez-y.

Article traduit à partir de “How to Stop Procrastinating by Using the 2-Minute Rule” disponible à l’adresse http://jamesclear.com/how-to-stop-procrastinating.

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Traitez l’échec comme un scientifique

thumb-440352_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

J’ai eu récemment une conversation extraordinaire avec mon amie, Beck Tench. Au cours de notre discussion, Beck m’a parlé d’un changement intéressant dans sa pensée qui a eu lieu lorsqu’elle travaillait dans un musée de la science.

Durant cette époque, Beck m’a dit qu’elle a appris à traiter l’échec comme un scientifique.

Comment un scientifique traite l’échec ? Et que pouvons-nous apprendre de leur approche?

Voici ce que Beck m’a appris …

TRAITER L’ECHEC COMME UN SCIENTIFIQUE

Quand un scientifique exécute une expérience, il y a toutes sortes de résultats qui pourraient se produire. Certains résultats sont positifs et certains sont négatifs, mais ils sont tous des jeux de données. Chaque résultat est un bloc de données qui peut finalement conduire à une réponse.

Et c’est exactement la façon dont un scientifique traite l’échec : un autre jeu de données.

C’est très différent de la façon dont la société parle souvent de l’échec. Pour la plupart d’entre nous, l’échec est perçu comme une indication de ce que nous sommes en tant que personne.

Avoir échoué un test signifie que vous n’êtes pas assez intelligent. Ne pas parvenir à se mettre en bonne condition physique signifie que vous êtes indésirable. Echouer dans le business signifie que vous n’avez tout ce qu’il faut pour y arriver. Echouer en tant qu’artiste signifie que vous n’êtes pas créatif. Et ainsi de suite.

Mais pour le scientifique, un résultat négatif n’est pas une indication qu’il est un mauvais scientifique. En fait, c’est tout le contraire. Prouver une hypothèse erronée est souvent aussi utile que prouver qu’elle est correcte parce que vous appris quelque chose en cours de route.

Vos échecs sont tout simplement des jeux de données qui peuvent vous aider à aller vers la bonne réponse.

L’ECHEC EST LE COUT QUE VOUS PAYEZ POUR ETRE DANS LE BON CHEMIN

Rien de tout cela ne veut dire que vous devriez chercher à faire des erreurs ou qu’échouer est amusant. Évidemment, vous allez essayer de faire les choses de la bonne façon. Et l’échec sur ​​quelque chose qui est important pour vous n’est jamais amusant.

Mais l’échec fera toujours partie de votre progression pour une raison simple …

Si vous vous concentrez sur l’adoption d’une nouvelle habitude ou l’apprentissage d’une nouvelle compétence ou la maîtrise de n’importe quel métier, alors vous êtes essentiellement dans l’expérimentation d’une manière ou d’une autre. Et si vous faites assez d’expériences, parfois vous allez obtenir un résultat négatif. Il arrive à tous les scientifiques et il va arriver pour vous et moi. Pour paraphraser Seth Godin, l’échec est tout simplement un coût que vous devez payer sur la voie pour être meilleur.

Traitez l’échec comme un scientifique. Vos échecs ne sont pas VOUS. Vos succès ne sont pas VOUS. Ce sont simplement des jeux de données qui guident l’expérience suivante.

Merci encore à Beck pour m’avoir inspiré ce billet!

Article traduit à partir de “Treat Failure Like a Scientist” disponible à l’adresse http://jamesclear.com/failure-scientist. Ce billet clôt la série de cette semaine consacrée aux articles de James Clear. Nous allons souvent procéder ainsi en y consacrant d’autres semaines.

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Les personnes intelligentes devraient créer des choses

thumb-328420_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

C’était en 1974 et Art Fry passait son week-end à chanter pour la chorale de l’Eglise locale. En ce dimanche particulier, Fry était face à un problème relativement ennuyeux : il ne pouvait pas garder ses favoris en place.

Afin de trouver rapidement des hymnes, Fry collait des petits bouts de papier entre les pages comme signets. Le seul problème était que chaque fois qu’il se levait, les morceaux de papier dévalaient en profondeur entre les pages ou tombaient complètement du livre. Agacé par la mise constante et le remplacement de ses signets, Fry a commencé à rêver d’une meilleure solution.

«C’était pendant le sermon » a dit Fry, « que j’ai d’abord pensé, « Ce que j’ai réellement besoin, c’est un petit signet qui colle sur le papier, mais qui ne déchire pas le papier quand je l’enlève.» [1]

Avec cette idée en tête, Fry est retourné au travail la semaine prochaine et a commencé à développer une solution à son problème de signet. Comme par hasard dira-t-on, Fry est arrivé à travailler dans l’entreprise parfaite. Il était employé chez 3M et un de ses collègues, Spencer Silver, était un spécialiste des colles.

Au cours des prochains mois, Fry et Silver ont mis au point un morceau de papier qui collait à une page, mais qui pouvait être facilement enlevé et appliqué de nouveau à plusieurs reprises. Finalement, ce petit projet est devenu l’un des best-sellers de fournitures de bureau de tous les temps: le Post-it.

Aujourd’hui, 3M vend des Post-It Notes dans plus de 100 pays à travers le monde. Vous pouvez les trouver dans les bibliothèques et les écoles, dans les bureaux et salles de réunion, et dispersés dans presque tous les espaces de travail.

Que pouvons-nous apprendre de l’histoire d’Art Fry ? Et y a-t-il quelque chose que nous pouvons tirer de cette histoire pour rendre nos vies et le monde meilleurs?

CREER QUELQUE CHOSE DE PETIT

Art Fry ne cherchait pas à créer un produit bestseller de fournitures de bureau. Au début, Fry essayait simplement de concevoir un meilleur signet pour son livre de cantiques de la chorale. Il essayait juste de créer quelque chose de petit.

Pendant longtemps, j’ai pensé que si je ne travaillais pas sur quelque chose d’incroyable, il n’était pas d’une grande utilité. Mais peu à peu, j’ai découvert la vérité : la chose la plus importante n’est pas de créer quelque chose pour changer le monde, mais tout simplement de créer. Vous n’avez pas à construire quelque chose de fameux pour construire quelque chose de significatif.

Et cela nous amène à la leçon la plus importante que nous pouvons apprendre d’Art Fry et ses Post-It Notes : quand le monde vous présente quelque chose d’intéressant ou frustrant ou curieux, choisissez de faire quelque chose à ce sujet. Choisissez d’être un créateur.

En d’autres termes, le monde a besoin de gens intelligents pour construire des choses. Nous avons besoin d’employés qui inventent, d’entrepreneurs qui créent, et de travailleurs indépendants qui conçoivent des choses. Nous avons besoin de secrétaires qui font des bijoux comme un projet à côté de leur travail et de papas à la retraite qui écrivent des romans étonnants. Nous avons besoin de plus de leaders, pas plus d’adeptes. Nous avons besoin de plus de créateurs, pas plus de consommateurs.

Et peut-être la chose la plus importante à réaliser est que nous n’avons pas seulement besoin de créer pour l’autre, mais pour nous-mêmes. Créer quelque chose est le moyen idéal pour éviter de gaspiller les précieux moments qui nous sommes donnés par la vie. Ceci pour contribuer, créer, être connecté au monde autour de vous et ajouter votre ligne à l’histoire du monde – c’est une vie « bien vécue ».

Qu’allez-vous créer aujourd’hui ?

Article traduit à partir de “Smart People Should Create Things” disponible à l’adresse http://jamesclear.com/create-things

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Comment lire plus : Le système simple que j’utilise pour lire plus de 30 livres par année

books-408220_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

Warren Buffett, l’homme communément appelé le plus grand investisseur du 20ème siècle, se tenait devant 165 yeux écarquillés d’étudiants de l’Université de Columbia (Etats-Unis). Un des étudiants leva la main et demanda à Buffett ses conseils sur la meilleure façon de se préparer à une carrière d’investisseur. Après avoir réfléchi pendant un moment, Buffett a sorti une pile de documents et de rapports commerciaux qu’il avait apportés avec lui et a dit, « Lire 500 pages comme cela tous les jours. C’est ainsi que fonctionne la connaissance. Elle s’accumule, comme les intérêts composés. Vous pouvez tous le faire, mais je vous garantis que beaucoup d’entre vous ne le feront pas « .

Buffett estime que 80% de ses heures de travail sont consacrées à la lecture ou la réflexion. Il y a de quoi se demander : «Suis-je en train de lire assez de livres?” Quand je me suis posé la question récemment, j’ai réalisé qu’il y avait des raisons simples pour lesquelles je ne lisais pas autant que je le voulais, et j’ai développé un système raisonnable qui m’aide à lire plus de 30 livres par an.

Laissez-moi vous expliquer …

COMMENT LIRE PLUS DE LIVRES

Si vous savez comment lire, alors la lecture des livres est relativement facile. Vous prenez simplement le temps de lire. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Quand j’ai regardé mes propres habitudes de lecture, j’ai réalisé que mes habitudes de lecture étaient surtout réactives, plutôt que proactives. Si un lien intéressant traversait mon écran sur Facebook ou Twitter, alors je le lisais par réaction. Je n’étais pas proactif pour prendre le temps de lire des livres chaque jour. J’étais tout simplement en train de lire des idées intéressantes qui venaient à moi. En conséquence, la plupart de ma lecture se faisait en ligne. Maintenant, il y a beaucoup d’excellents articles sur le web, mais de manière générale, la qualité de bons livres est meilleure. Les livres ont généralement une meilleure écriture (bien éditée) et des informations de meilleure qualité (meilleure vérification des faits et recherches plus approfondies). Du point de vue de l’apprentissage, c’est probablement mieux d’utiliser son temps pour lire des livres que de lire du contenu en ligne. Ainsi, je devais trouver une stratégie qui me permettrait de lire plus de livres sans laisser les distractions typiques s’ingérer dans ce temps de lecture.

Comment allez-vous faire cela?

20 PAGES PAR JOUR

Voici le seul modèle auquel j’ai pu m’en tenir depuis : Lire 20 pages pour commencer la journée.

Habituellement, Je me réveille, boit un verre d’eau, note 3 choses dont j’en suis reconnaissant, et lit 20 pages d’un livre. Pour les 10 dernières semaines, j’ai suivi cette nouvelle habitude. Au jour d’aujourd’hui, j’en suis à la page 100 de mon 7ème livre. A ce rythme (7 livres pour 10 semaines), je vais lire environ 36 livres l’année prochaine. Pas mal. Voilà pourquoi je pense que ce modèle fonctionne : 20 pages est assez petit pour ne pas être intimidant. La plupart des gens peuvent terminer la lecture de 20 pages en 30 minutes. Et si vous le faites en premier le matin, les urgences de la journée ne vont pas l’empiéter.

Enfin, « 20 pages » parait petit mais cela s’ajoute rapidement. C’est la vitesse moyenne idéale.

Si le temps le permet, je vais aussi lire à d’autres moments de la journée. Après la recherche que j’ai faite pour mon article sur la façon d’obtenir un meilleur sommeil, j’ai ajouté la lecture à ma routine « d’avant sommeil ». Mais indépendamment de ce qui se passe pendant le reste de la journée, je consomme toujours mes 20 pages chaque matin.

LA PREMIERE HEURE

Comment passez-vous la première heure de votre journée?

La plupart des gens passe ce temps à s’habiller, se préparer, et se précipite vers la porte. Et si ce temps a été consacré pour faire de vous une meilleure personne? Et si vous vous réveilliez une heure plus tôt que d’habitude et consacrez ce temps pour vous? A quel point vous seriez meilleur au travail, dans vos relations, et en tant que personne?

C’est essentiellement cette stratégie de lecture que je vous demande de faire. Avant de passer à l’agitation normale de la journée, investissez dans vous-même. Avant que votre vie ne se transforme en un tourbillon d’activité, lisez un livre qui vous rendra meilleur. Comme avec la plupart des habitudes qui peuvent avoir un impact considérable dans votre vie, ce ne sera jamais urgent, mais c’est important.

20 pages par jour. C’est tout ce dont vous avez besoin.

Article traduit à partir de “How to Read More: The Simple System I’m Using to Read 30+ Books Per Year” disponible à l’adresse http://jamesclear.com/read-more

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.

Comment résoudre de gros problèmes : les leçons apprises des scientifiques du cancer

road-sign-63983_640

Cet article a été initialement publié sur JamesClear.com

À la fin de Novembre 1991, une fillette de trois ans a été diagnostiquée d’une leucémie. Ses chances de survie étaient estimées à 30%.Dans les mois qui ont suivi, elle recevra une longue liste de médicaments de chimiothérapie: 6-MP, l’asparagine, le méthotrexate, la prednisone, et la vincristine. Le miracle n’était pas seulement que ces médicaments pouvaient potentiellement la guérir, mais qu’ils existaient tous. Dans son fantastique livre, The Emperor of All Maladies, l’auteur et médecin Sid Mukherjee explique l’histoire du cancer et comment de brillants physiciens et scientifiques ont finalement découvert les remèdes pour cette maladie.

Vous voyez, depuis de nombreuses années, les médecins et les scientifiques rêvaient de trouver un remède unique pour tous les cancers. Ils ont cherché une chirurgie radicale ou un médicament miracle qui pouvait tout guérir, du cancer du sein à la leucémie en passant par le cancer de la prostate. Cependant, selon Mukerjee, des percées ont été finalement accomplies lorsque les scientifiques ont cessé d’attaquer ce problème globalement et l’ont plutôt saisi par la petite dimension. La première percée est venue quand Sidney Farber, maintenant connu comme le père de Chimiothérapie moderne, a décidé de se concentrer exclusivement sur ​​le traitement de la leucémie. Il fut l’un des premiers médecins à consacrer ses efforts uniquement à un seul type de cancer et en réduisant son objectif, Farber a été en mesure de faire des progrès significatifs.

Finalement, les médicaments et les traitements que Farber a découvert pour la leucémie ont contribué à de nouvelles solutions pour d’autres cancers. En se concentrant à la verticale sur un petit problème, Farber a découvert des réponses qui pouvaient être utilisées pour traiter le problème plus vaste. Comme Mukherjee le dit:

«[En] se concentrant microscopiquement sur une seule maladie, on pouvait extrapoler dans l’univers entier des maladies».

Cette idée centrale, que la résolution de grands problèmes complexes est souvent accomplie en attaquant d’abord les micro-problèmes plus petits, est utile non seulement pour les traitements contre le cancer, mais pour la vie en général.

 

COMMENT RESOUDRE DES PROBLEMES COMPLEXES

La principale leçon mentionnée ci-dessus est simple: Lorsque vous êtes confronté à un problème complexe ou essayez de faire quelque chose de grand, commencez par une version plus petite du problème plus vaste. Concentrez-vous exclusivement sur ​​ce petit problème et résolvez-le. Utilisez les réponses à cette petite question pour élargir votre connaissance de la question plus vaste. Répétez l’opération.
Si vous jetez un coup d’œil autour de vous, vous pouvez voir ce modèle employé partout. Par exemple, considérons Amazon. La société a commencé en vendant des livres. Une fois qu’elle a maîtrisé le processus d’achat et de livraison en ligne de livres, elle s’est déplacée sur d’autres produits. Aujourd’hui, elle vent à peu près tout. Amazon aurait pu commencer en essayant de résoudre ce grand problème: comment allons-nous maîtriser le commerce numérique? Au lieu de cela, elle a commencé avec une vision étroite et a étendu son entreprise à partir de là. Il a été prouvé à maintes reprises que cette approche du petit au grand fonctionne bien pour les entreprises, et je pense qu’il peut être très utile pour nos objectifs personnels aussi.

 

L’IDEE EN PRATIQUE

Prenons quelques exemples de la façon dont on peut mettre cette idée en pratique.

Créativité.

Gros problème: Comment puis-je devenir plus créatif ?
Petite solution: Si vous voulez devenir un bon photographe, commencez à petite échelle. Apprenez à prendre une très bonne image d’une chaise. Une fois que vous pourriez prendre une photo fantastique d’une chaise, utilisez ces principes – la lumière, la composition, les lignes, les courbes – pour prendre de meilleures photos de tout ce que vous voulez.

Exercice.

Gros problème: Comment puis-je commencer à m’entrainer régulièrement ?
Petite solution: Si vous ne pouvez pas déchiffrer le code du fitness et avez du mal à exercer constamment, oubliez tout autre exercice et apprenez juste à faire un pushup (une pompe). S’en tenir à ce seul exercice pendant des jours, des semaines, des mois. Une fois que vous prouvez à vous-même que vous pouvez résoudre ce petit problème, utilisez les leçons apprises pour devenir plus cohérent à l’exercice en général.

Nutrition.

Gros problème: Comment puis-je manger sainement chaque jour ?
Petite solution: Voulez-vous améliorer votre alimentation? Peut-être que vous devriez ignorer le passage à un nouveau régime au premier abord. Vous n’avez pas besoin de changer toutes vos habitudes alimentaires à la fois. Vous pourriez commencer par la résolution d’un très petit segment du problème: manger un légume aujourd’hui. Maîtriser cela. Le faire pendant quatre semaines. Ou plus. Prendre ce que vous avez appris avec ce seul exercice et l’appliquer à l’ajout d’une deuxième alimentation saine.
Et enfin
Réduire votre objectif est un modèle mental que vous pouvez appliquer à chaque fois que vous voulez commencer un nouveau comportement ou entamer un nouveau projet qui semble trop grand, écrasant, ou complexe. Il s’agit d’un filtre que vous pouvez utiliser sur des problèmes plus larges.

Alors, comment voulez-vous résoudre de gros problèmes ? Commencez à petite échelle.

P.S.

La fille de trois ans qui a été diagnostiquée avec la leucémie et traitée avec les médicaments qui ont été découverts par le père de la chimiothérapie, Sidney Farber, était ma sœur. Plus de 20 ans plus tard, elle est bel et bien vivante. Je suis très heureux que Farber ait décidé de commencer à petite échelle.

Article traduit à partir de “How to Solve Big Problems: Lessons Learned From Cancer Scientists” disponible à http://jamesclear.com/narrow-focus

James Clear écrit à JamesClear.com, où il utilise la science du comportement pour partager des idées sur la maîtrise de vos habitudes, l’amélioration de votre santé et l’augmentation de votre créativité. Pour obtenir des idées utiles sur l’amélioration de votre performance mentale et physique, rejoignez sa newsletter gratuite.