Mettez-vous à l’anglais si vous voulez réussir en tant que blogueur professionnel

plate-64269_640

Si vous l’avez l’habitude de fréquenter ce blog, vous verrez que les références aux blogs en langue anglaise sont légion. Ce n’est pas un hasard et je l’ai déjà dit et redit à travers les billets publiés dans ce blog : la plupart des stratégies de monétisation des blogs employées dans la blogosphère francophone est importée des Etats-Unis. Pensez à Sébastien alias le Marketeur Français qui fait un carton depuis quelques années… C’est un disciple de Jeff Walker. Et beaucoup d’autres ont suivi ses pas à l’image d’Olivier Roland ou encore d’Aurélien Amacker… c’est la stratégie de Jeff Walker détaillée dans son livre “Launch” qui est appliquée.

Le web en langue anglaise regorge de nombreuses ressources pour les blogueurs professionnels et si vous n’avez pas la barrière de la langue anglaise, vous pouvez acquérir gratuitement cet expertise sans débourser un seul sou. Les formations présentées ici et là sur la blogosphère francophone sont des traductions et reformatage de ces ressources gratuites. Pensez un peu aux guides du blog de Neil Patel qui avaient fait l’objet d’un billet que j’ai publié… Si vous prenez connaissance d’environ 20% de ces guides, vous allez être imbattable! Et surtout, vous pourriez vous appuyez dessus pour en faire des formations… comme le font d’autres blogueurs.

Seulement, si votre barrière principale est la langue, pas de souci. Je vous conseille une seule ressource, une seule adresse, pour vous permettre d’apprendre gratuitement une langue : DUOLINGO.

image

A ma connaissance, c’est de loin la meilleure ressource à l’heure actuelle pour apprendre gratuitement la langue anglaise, et pas seulement l’anglais, puisque l’espagnol et l’italien sont aussi proposées. Mais vous pouvez commencer par l’anglais.

image

De plus, vous pouvez apprendre non seulement en ligne mais aussi sur votre Smartphone ou votre tablette, puisqu’elle est disponible sous Android et iOS…

imageComme vous pouvez le voir sur l’iTunes, Duolingo a été meilleur app de l’année 2013

 

image

Observez les preuves sociales : les notations des utilisateurs et le nombre de recommandation par Google+

Au lieu de perdre du temps et de l’argent dans les formations, en cherchant la méthode révolutionnaire, la stratégie idéale pour gagner de l’argent sur Internet, investissez votre temps sur DUOLINGO et parcourez la blogosphère américaine. Et je vous assure que vous aurez fait le bon choix, sans aucun doute.

Mise en pratique du Chapitre 3 de “Launch” de Jeff Walker : Comment construire sa liste d’emails

icon-287145_640

Dans la note de lecture publiée hier du chapitre 3 du livre “Launch” de Jeff Walker,  il est précisé que si vous voulez établir un business viable en ligne, vous devez vous concentrer sur la construction d’une liste d’emails. L’auteur recommande, pour construire une liste e-mail, de :

  1. Définir son avatar, au sens du marketing. Ce sont des personnalités fictives de votre marché cible auxquels que vous définissez certaines caractéristiques : âge, emploi, sexe, éducation, loisirs, problèmes, désirs, peurs, et autres.

  2. Créer l’offre d’opt-in, c’est la raison pour laquelle le visiteur de votre page doit souscrire en donnant son email : un livre, une astuce, un cours, une vidéo… C’est à votre choix et à votre imagination.

  3. Créer une squeeze page, c’est la page où le visiteur doit souscrire pour pouvoir disposer de l’offre d’opt-in. On emploie le terme “squeeze” tout simplement parce que cette page établit une contrainte au visiteur de la page : il ne peut que souscrire pour avoir l’offre. Soit il donne son email, il a par exemple le livre gratuit, soit il ne donne pas son email et il n’a pas le livre. En fait, c’est la page qui force le visiteur à faire un choix.

Malheureusement, il n y a aucune démarche pratique où on pourra s’inspirer. En réalité, bien que l’auteur fasse recours à une anecdote personnelle pour soutenir cela, ça peut toujours paraitre superflu et pas précis aux yeux de certains lecteurs. Pour appuyer cette démarche, je vais fait recours à des ressources tirées du Net pour que vous compreniez mieux cette stratégie.

1. DEFINIR SON AVATAR

Avatar a une dénomination bien connue dans le milieu du marketing qui est persona. Wikipedia définit persona comme :

“(…) une personne fictive qui représente un groupe cible. Lors de la construction du persona, cette personne fictive se voit assigner une série d’attributs qui enrichissent son profil pour mieux exprimer les caractéristiques du groupe cible. Grâce à ces caractéristiques, les équipes de conception (designers) créent des scénarios d’utilisation d’un produit ou d’un service tandis que les équipes commerciales définissent une stratégie de positionnement, de promotion ou de distribution de ce même produit ou service.”

Pour vous accompagner dans la démarche, voici quelques ressources :

2. CREER L’OFFRE D’OPT-IN

Comme je l’ai dit plus haut, l’offre d’opt-in est la raison pour laquelle le visiteur vous donne son e-mail. C’est comme une monnaie d’échange, vous “dites” au visiteur “donne-moi ton email et je te donne ceci”.  Cela peut être un livre, un cours, des articles, un fichier Excel à l’exemple d’une check-list …etc. Voilà quelques ressources pour être inspiré pour la création de votre offre :

3. CREER UNE SQUEEZE PAGE

La squeeze page est la page où le visiteur voit affiché l’offre d’opt-in. Pour avoir une idée des outils utilisés pour créer une squeeze page, voilà les ressources que vous pouvez consulter :

Après avoir parcouru ces ressources, vous serez apte à construire une liste d’emails. Néanmoins, j’aurai l’occasion de revenir sur les détails de chaque partie dans un prochain billet, puisqu’il y aura toujours des visiteurs qui rechigneront à lire les textes en langue anglaise. N’allez pas enrichir des pseudo-formateurs sur Internet alors que tout est gratuit et disponible sur Internet, si vous vous donnez la peine de faire un peu de recherche.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Passez ce week-end dans la lecture avec les guides de Neil Patel

california-210913_640

Le week-end est fait pour se reposer et rafraichir les idées, avant d’entamer la longue semaine. Ce nouveau souffle, on peut le trouver avec la famille, les amis, les sorties, la danse, un film, une série, ou encore le fitness, comme nous l’avons proposé la semaine dernière dans ce blog.

Pour cette semaine et ce week-end donc, je vous propose de passer en revue les guides proposés par Neil Patel, dans son blog QuickSprout. Ces guides sont de grande qualité car il rassemble, dans une structure cohérente et claire, tout ce qu’il y a de meilleur sur le web, pour le domaine traité.

Au lieu d’aller perdre son temps et son argent dans des formations d’apprentis blogueurs, prenez juste la peine de parcourir ces guides. Vous allez en apprendre bien plus que dans toutes les formations que vous allez recevoir dans la blogosphère francophone.

Ces guides sont formatés pour différentes audiences, avec des intentions bien définies. Il y en a pour blogueurs débutants, pour blogueurs expérimentés. De même, si vous bloguez par passion ou si vous le faites pour gagner l’argent, l’approche est différente. Tous ces guides sont gratuits et librement téléchargeables pour la plupart. Passons en revue ces différents guides.

Si vous venez juste de créer votre blog et vous êtes en quête d’audience, de visiteurs vers votre blog, vous aurez besoin du “The Complete Guide to Building Your Blog Audience

image

Pour les blogueurs expérimentés qui souhaitez booster le trafic vers leur blog, deux (02) guides sont à leur disposition :

 image

image

Si vous n’arrivez pas à produire des contenus de qualité pour votre blog, si vous n’arrivez pas à vous discipliner avec une cadence régulière de publication ou vous êtes toujours en panne d’idées ou en manque d’inspiration, le guide ‘The Advanced Content Marketing Guide” devrait faire l’affaire.

image

L’idée de monétisation vous trotte dans la tête et vous voulez déjà gagner de l’argent sur web ? Comprenez d’abord la psychologie du consommateur avec le guide “The Complete Guide to Understand Consumer Psychology” :

image

Une fois la psychologie du consommateur comprise, faites vous une idée sur le marketing en ligne, le web marketing…avec le guide “The Beguinners Guide to Online Marketing” :

image

Après être édifié, assimilez bien la stratégie employée par presque tous les entrepreneurs du web, blogueurs professionnels inclus, avec le guide “The Definitive Guide to Growth Hacking”.

image

Après, vous pouvez concevoir les produits pour votre site, un livre, une app, une vidéo ou un cours de formation… Ne comptez surtout pas sur Adsense pour vous faire gagner de l’argent, cette époque est révolue. Evitez aussi de compter sur d’autres blogueurs pour vous apprendre quel produit vendre sur votre blog. Vous allez tomber dans une arnaque. Si vous avez un souci pour créer un produit, vous pouvez toujours retrouver un billet publié il y a quelques mois pour vous accompagner ici.

Une fois votre produit ou service conçu, il faut le vendre en commençant d’abord par rédiger une page de vente. Rédiger une page de vente n’est pas chose facile. Cette rédaction là n’a rien à voir avec tout ce que vous avez appris à l’école. Mieux vaut être mieux aguerri avec le guide “The Definitive Guide to Copywriting” :

image

Seulement, il ne suffit pas de rédiger la page de vente, il faut penser à l’adapter au support qui est le web. En clair, pour votre page de vente, vous devez penser à la forme et le fond. Le fond, c’est la rédaction traitée par le précédent guide. La forme est abordée par le prochain guide qui est “The Definitive Guide to Landing Page Optimization”:

image

Une page de vente est rédiger pour vendre. Les mots doivent convertir vos visiteurs et lecteurs en clients. La conversion n’est pas du tout facile mais les moyens et méthodes existent pour optimiser cette conversion, pour augmenter votre taux de conversion. Ce sont ces moyens et méthodes qui sont abordées par le guide “The Definitive Guide to Conversion Optimization” :

image

Et pour finir, pour solidifier votre réputation et votre image sur le web, le guide “The Complete Guide to Building Your Personal Brand” est là pour vous. C’est votre crédibilité qui donnera confiance à vos potentiels clients, confiance nécessaire pour qu’ils acceptent casser leur tirelire pour votre produit.

image

Voilà, avec ces guides, votre week-end sera gagnant et vous pourriez ainsi aborder la prochaine semaine avec plus d’énergie et plus d’idées. Ces guides vous donneront de loin tout ce qu’une “formation” sur le blogging pourra vous apporter. C’est gratuit, il faut juste le temps d’un week-end pour les lire. N’hésitez surtout pas. Bon Week-end à vous.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Où trouver des icônes professionnelles pour vos projets ?

icon_25790

Smart Phones designed by <a href= »http://www.thenounproject.com/phdieuli »>Pham Thi Dieu Linh</a> from the <a href= »http://www.thenounproject.com »>Noun Project</a>

 

Il peut arriver que vous ayez besoin d’icônes pour vos projets :

  • Si vous écrivez un livre : les icônes peuvent intervenir sur la couverture de votre livre, pour illustrer vos idées, ou animer votre texte…
  • Si vous concevez une App pour iOs ou Android :  les icônes qui renvoient aux différentes fonctions de votre application vous seront utiles…
  • Si vous concevez un site web ou une web app : les icônes peuvent aussi être utilisées pour professionnaliser le site ou aider à la navigation…

A un moment donné, si vous êtes actif sur le web et animé de projets, vous aurez tôt ou tard besoin d’icônes. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez aller sur le site du NOUN PROJECT, qui met à votre disposition des icônes de qualité professionnelle. Surtout, vous avez un large éventail de choix à faire pour une même icône.

imagePage d’accueil du Noun Project 

 

imagePlusieurs icônes apparentées sont proposées pour un même mot-clé, ce qui vous laisse une palette élargie pour le choix 

 

Il faut noter que deux contraintes sont associées aux icônes de ce site :

  1. La nécessité de vous inscrire pour pouvoir télécharger ces icônes : pas de problème à ce niveau puisque l’inscription est gratuite,
  2. La nécessité de citer l’auteur de l’icône une fois téléchargée comme je l’ai fais pour l’icône au début de l’article.

Autre chose importante à noter, Il faut toujours vérifier la licence qui régit l’icône que vous verrez apparaitre…

 

image

C’est cette licence qui va définir les conditions d’utilisation et surtout d’exploitation commerciale de cet icône. Ce n’est parce que vous télécharger facilement une icône que vous allez le coller sur la couverture de votre livre. Une telle action, alors que l’icône est soumise à une licence CC qui exclut toute commercialisation, pourrait vous valoir quelques soucis judiciaires. J’ai déjà eu à aborder les aspects et les contours liés à la licence des œuvres dans un article que vous pourrez retrouver ici.

Si vous jugez que les icônes du Noun Project ne vous conviennent pas et que vous les voulez en couleur, allez plutôt vers ICONFINDER.

imageLa page d’accueil d’ICONFINDER 

 

Des packs d’icônes regroupés par thèmes sont mis à la disposition des internautes avec des formules gratuites ou payantes, à votre choix.

image

Comme vous pouvez le voir sur ces deux sites, tout est à votre choix, payant comme gratuit. Libre à vous.

Personnellement, l’usage des icônes peut être utile pour monter une page de couverture de votre site. En amateur, vous pouvez choisir une jolie icône auquel vous ajouter le titre de votre livre dans une police quelconque. Par exemple, observez la couverture du récent best-seller de Jeff Walker… C’est une icône qui est mis en exergue.

 

image

 

Ou encore celui de Sean ELLIS. Une petite icône et un texte.

image

Nous allons profiter pour vous présenter dans un prochain les méthodes employées par les designers pour “monter” les couvertures des livres. Avec ces méthodes, votre imagination sera élargie afin de présenter une couverture de livre acceptable, du moins qui déteint un professionnalisme apte à attirer l’attention d’un lecteur potentiel.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Que faire devant le déluge actuel d’informations ?

wave-11061_640

De nos jours, il n’est plus facile de faire face au déluge actuel d’informations. C’est un véritable tsunami. L’informatique a apporté une déconnexion entre le support et le contenu. En clair, un livre n’a plus besoin du support papier pour être lu. De plus, le contenu de ce livre n’est plus lié aux contingences liées à l’objet physique qu’est le papier. Lorsque vous produisez un document dans votre logiciel de traitement de texte, il peut être lu d’un coin du monde à l’autre en quelques secondes. Ce qui n’était pas possible dans cet intervalle de temps avant l’informatique.

Cette situation a entrainé la numérisation importante de fonds documentaires qui existaient déjà à l’époque du support papier. Ce stock numérisé est encore doté de flux permanent d’informations produites chaque jour sur le Net : sites web, blogs, mails, rapports, notes de recherche, statistiques, journaux, musique, vidéos, …etc. Il faut rappeler, pour avoir une perspective juste du volume actuel d’informations, que cette numérisation porte sur tous les types de contenu : le texte, l’audio, la vidéo et l’image.

Personnellement, je me retrouve chaque jour avec :

  • des mails à lire et répondre (ma principale boite mail affiche 7 220 mails non lus, sans compter les autres),
  • des notes, rapports, journaux et autres à lire,
  • des blogs et sites à suivre grâce aux flux RSS générés par FeedDemon et Feedly (j’ai actuellement plus de 6 000 flux RSS, des liens vers des billets),
  • des réseaux sociaux où il faut y jeter un coup d’œil et parfois répondre. Pour le moment, je suis à Facebook, LindedIn, Twitter et Google+. Fort heureusement, HootSuite me permet de gérer tous ces réseaux sociaux sur une seule plateforme.
  • des livres à lire pour satisfaire ma curiosité, ma culture générale ou élargir mon expérience,
  • de la musique à écouter,
  • des vidéos à regarder,
  • des appels à faire sur Skype, Viber ou du tchat avec WhatApps, SnapChat ou encore Badoo…

Toutes ces activités demandent du temps et de l’attention, ressources qui sont limitées. Vous n’avez que 24 heures en une journée…et encore! Je n’ai pas compté vos heures de sommeil et vos horaires de travail ou d’études pour ceux qui ont un emploi ou sont en cycle d’études. L’attention demande que vous ayez du tonus, de l’énergie. Et cette énergie est variable durant toute la journée.

En combinant ces deux éléments que sont le temps et l’attention, on voit bien qu’il est de plus en plus difficile de traiter ces volumes d’information. J’ai toujours constaté auprès de mes proches et de mes amis que le nombre de mails non lus augmentait avec le temps. Même le filtrage des mails fait par GMAIL entre “Principale”, “Réseaux sociaux”, et “Promotions” n’a pas inversé la tendance. Alors que faire ?

L’une des solutions est d’adopter la même recette que Google pour le web, la recette qui a fait et fait le succès de Google. Que fait Google ? Google collecte les pages du Web, sélectionne les pages pertinentes, puis range ces pages par ordre de pertinence. Cette pertinence est déterminée par un algorithme qui tient compte de pas moins de 200 facteurs. De plus, cet algorithme de classement des pages par ordre de pertinence évolue dans le temps, pour tenir de l’évolution des usages du web.

On peut critiquer les critères de Google et plusieurs moteurs de recherche dite “sémantique” sont apparus et occupent des niches. Il n’en reste pas moins que Google, pionnier, est sur le devant de la scène grâce au mérite d’avoir su mettre à la disposition des internautes un outil qui leur permettait de se retrouver dans le déluge de données qui déferlait lors de la forte croissance d’Internet des années 2000.

De même, quand on voit les multiples plaintes et pétitions nées à l’annonce de la fermeture de Google Reader, outil qui permettait d’organiser, de mettre de l’ordre dans le flux élevé d’informations, on se dit bien que l’avenir est radieux pour les solutions de recherche et d’organisation d’informations. D’ailleurs, Feedly qui a repli le flambeau à la suite de cette fermeture a enregistré une incroyable ascension. La plateforme revendique déjà plus de 15 millions de lecteurs.

Autre succès : HootSuite. Cet outil vous permet de regrouper en un seul endroit tous vos réseaux sociaux : FaceBook, Twitter, Google+, LinkedIn et bien d’autres. Il vous permet d’organiser votre présence sur les réseaux sociaux. Il vous évite d’ouvrir à chaque fois une fenêtre, écrire un nom d’utilisateur et un mot de passe… La routine qui fatigue plus que l’activité.

Ou encore le succès d’Evernote qui vous permet d’organiser tous vos documents, vos lectures, notes de réflexion,..etc. Ou encore le succès d’Outlook ou Thunderbird qui vous permet de gérer tranquillement tous vos comptes de messagerie en un seul endroit.

C’est la raison pour laquelle, devant ce déluge d’informations, vous devez avant tout :

  • définir vos critères de pertinence : quelle information ou donnée est importante à vos yeux ? Pour ma part, je fonctionne en mode projet. Comme j’ai le projet d’écrire deux livres, l’un sur la méthode simple pour écrire et l’autre sur le “Growth Hacking”, mes informations sont filtrées sous cet angle. Bien sûr, cela ne veut pas dire que je ne lis pas d’autres informations. Je les lis, mais pas en priorité. Vous pouvez choisir comme critère votre discipline scientifique, votre orientation professionnelle, vos ambitions,…etc.
  • vous doter d’outils de recherche et d’organisation : cela vous permettra de mieux filtrer vos informations, de diminuer le temps de traitement des informations. J’ai cité quelques outils plus haut mais il y a pléthore actuellement.

Ce problème de surcharge d’informations se posera avec acuité au fil des années. IBM propose déjà une solution pour la recherche scientifique, le “ »Watson Discovery Advisor » et le magasine l’Usine Digitale rapporte ceci :

« En moyenne, un bon jour, un scientifique peut lire une à cinq études », estime le professeur Olivier Lichtarge, chercheur et docteur à l’université de médecine de Baylor, arguant que Watson a automatiquement analysé pour lui 70 000 publications sur une certaine protéine, un fardeau qui, juge-t-il, lui aurait pris près de 38 ans.

Il n’est plus possible de faire tout soi même. Il va falloir penser d’autres outils pour nous assister. Des solutions existent déjà comme Feedly, HootSuite, Evernote, Thunderbird. Il va falloir d’autres et on attend notre part de “IBM Watson” pour nous faciliter la tâche. En attendant, on fait avec les moyens de bord.

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

En panne d’idées pour une application ? Product Hunt est là pour vous

smartphone-325482_640

On ne gagne plus d’argent avec Adsense lorsqu’on a un petit blog où on produit des contenus pour partager sa passion avec le monde. J’en ai déjà parlé ici. Si vous trouvez un seul blogueur qui vous en parle comme nœud central de monétisation d’un blog, fuyez ce blog sauf si c’est un blog d’histoire car c’est de l’histoire le gain d’argent par Adsense. Je ne dis pas qu’on ne gagne pas d’argent avec Adsense, on en gagne, pas dans le contexte du blogging.

C’est la raison pour laquelle vous observez les blogueurs professionnels développer ce qu’on appelle des stratégies d’opt-in : ils veulent capturer autant d’adresses mails possibles et se construire une importante liste d’emails à travers laquelle ils pourront créer une relation avec les prospects, tout simplement parce que si une personne accepte de vous donner son adresse mail, cela veut dire qu’elle est intéressée par les sujets ou les thèmes que vous abordez dans votre blog. A partir de cette liste, ces blogueurs professionnels vont développer des produits et des services qu’ils vont monétiser à travers cette liste. J’ai déjà détaillé cette stratégie ici.

Comme produits ou services à monétiser, nous avons des livres, des vidéos de formation, de la musique, du conseil, du coaching et de l’accompagnement personnalisé, des applications, des jeux,…etc. Seulement, j’ai souligné dans un précédent billet la montée en puissance des Smartphones et des tablettes comme dispositif d’accès à internet  et surtout point le plus important, cet accès se fait beaucoup plus par intermédiation des apps. C’est déjà une tendance qui n’est pas près de s’inverser. C’est la raison pour laquelle l’horizon de monétisation d’un blogueur professionnel doit être la mise au point d’une application pour Android, iOS (Apple), Windows Phone ou Fire Phone (Amazon). J’ai déjà abordé ce point avec un listing des ressources pour arriver à développer de telles applications ici.

On peut toujours se faire une idée du revenu moyen mensuel par application développée :

iOS makes most revenues

Source : http://www.developereconomics.com/report/q1-2014-developer-revenue-models/

Un développeur pour application iOS gagne en moyenne 5 200 US dollars (3 876 euros), 4 700 US dollars (3 503 euros) pour une App Android, 3 600 US dollars (2 683 euros) pour une App Windows Phone…

Autant mieux consacrer six (06) mois ou un (01) an au développement d’une application et avoir ce que les blogueurs anglo-saxons appellent “passive income”, revenus passifs. Des revenus que vous disposez sans fournir un seul effort.

Néanmoins, il faut garder en tête une chose : plus la plateforme a un réseau étendu d’utilisateurs, plus elle est payante, plus la concurrence est exacerbée. On trouve beaucoup de Smartphones et tablettes iOS (Apple) et Android, c’est pour cela que le revenu moyen est conséquent mais il faut faire attention à la concurrence :

Source : Forbes, 2013

Android a plus de 150 000 développeurs pour 900 millions d’utilisateurs, Apple 235 000 développeurs pour 600 millions d’utilisateurs, …etc.

Ainsi, la concurrence est rude et elle ne se relâchera pas avec la tendance liée à l’accès d’internet par mobile qui se généralise. Dans ces conditions, la concurrence des applications mobiles portera moins sur la qualité des interfaces graphiques que sur la valeur ajoutée de l’idée qui se cache dans votre application : quel problème votre application va résoudre ? quel en est l’objectif ? … etc.

C’est pour cela qu’il est important, pour élargir votre horizon et développer vos capacités de créativité, d’avoir un œil sur les applications produites par d’autres développeurs et c’est là qu’intervient Product Hunt.

image

Vous avez une timeline qui répertorie chaque jour les applications, avec une présentation en quelques mots “l’idée” de l’application. En cliquant dessus, on est redirigé vers le site de l’application et on peut analyser le site, voir les fonctionnalités, les propositions de prix,..etc.

La créativité est quelque chose de complexe et des milliers d’études consacrées n’ont pas encore apporté une clarté à ce concept. Toujours est-il qu’en observant chaque jour la timeline de Product Hunt, en dégageant la stratégie des créateurs de ces applications, des idées sous-jacentes, vous allez arriver à une combinaison gagnante.

C’est un exercice difficile mais il vaut mieux se plier à un tel exercice que de se plier à la loi de la concurrence. Votre application ne pourra s’en sortir que si vous prenez la peine de bien ficeler vos idées.

JESUSPAD001« Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON

Concevoir en 5 minutes un modèle de site web pour la promotion d’une application ou d’une start-up

template-91490_640

Le temps est très important pour un blogueur et toute occasion d’en gagner sans sacrifier à la qualité est toujours bienvenue.

C’est pour cela que je vous conseille, si vous voulez monter rapidement un site pour présenter votre produit, une application ou une startup avec un rendu professionnel de premier ordre, de vous rendre sur le site http://designmodo.com/generator/.

image

Le principe de cet outil proposé est de découper une page en plusieurs blocs : un bloc pour l’en-tête, un bloc pour le pied de page, un bloc pour les contacts, un bloc pour la table des prix, un bloc pour les projets…Pour chaque bloc, plusieurs modèles au choix sont proposés. Il s’agit ainsi de remplir les informations pour chaque bloc et de les assembler pour obtenir un site web.

image

Prenons l’exemple de l’en-tête :

image

ou de la table des prix :

image

Une fois tous vos blocs composés, vous pouvez partager votre projet avec des amis et des connaissances ou exporter le modèle en HTML/CSS.

image

Avec un tel outil, vous vous épargnez bien des misères et gagnez du temps. Ce temps pourra être alloué au suivi d’autres projets. Le lien du site : http://designmodo.com/generator/

JESUSPAD001 « Le Secret des Blogueurs Qui S’enrichissent » déjà disponible à AMAZON